PlayStation Blog en français

Interview Duke Nukem Forever

2 0

Même si certains comparent cette actu à serrer la main du Bigfoot ou à faire un tour en chevauchant le monstre du Loch Ness, je peux maintenant vous confirmer (au cas où vous ne le sauriez pas encore) que Duke Nukem Forever est une réalité, qu’il arrive sur PS3 et que j’y ai joué.

J’ai aussi dégoté cette interview avec Randy Pitchford, le président et gérant de Gearbox Software.

Duke Nukem Forever Interview


Accueillir une véritable icône dans l’écurie Gearbox, qu’est-ce que ça fait ?

C’est un peu irréel mais je fais avec. Je dois vraiment en faire abstraction et me concentrer sur ma mission, qui est de sortir enfin Duke Nukem Forever. J’essaie de ne pas me laisser dépasser par la pression ou par l’attente énorme qu’il suscite.

Dans quel état se trouvait le code source de Duke Nukem Forever lorsque Gearbox l’a récupéré ?

Le concept était globalement présent, ainsi que certains moments d’anthologie, disséminés tout le long du jeu. À la fermeture de 3D Realms, tout ce qui avait déjà été développé a été rassemblé et reconstitué par huit personnes, qui en ont vraiment bavé pour obtenir un résultat probant. Ils forment maintenant Triptych Games et occupent le 10ème étage de nos bureaux. Le travail énorme qu’ils ont mené mérite vraiment beaucoup de respect.

Nous avons actuellement une équipe à Vancouver, Piranha, qui travaille sur des optimisations incroyables destinées à la PlayStation 3. Quand nous avons reçu le code du jeu, il était presque inconcevable de pouvoir l’adapter à la PS3. Mais comme il était hors de question d’échouer, nous avons énormément travaillé pour assurer la sortie du jeu sur un maximum de plateformes.

La nature du projet et le degré d’implication qui l’entoure au sein de l’industrie des jeux vidéo indiquent que beaucoup de gens sont prêts à monter à bord pour nous aider.

Avez-vous supprimé ou ajouté des choses ?

Énormément ! Le logiciel est vraiment complexe mais je ne peux pas vous révéler en détails ce qu’on a ajouté ou supprimé. Aujourd’hui, le projet compte 70 personnes, alors qu’ils n’étaient que 30 à la fermeture de 3D Realms.

En termes d’histoire, de graphismes et d’expérience de jeu, nous avons affaire à un jeu 100% 3D Realms.

L’attente qui entoure le jeu est-elle pour vous une bénédiction ou une malédiction ?

Je n’en sais encore rien. Avec Borderlands, le défi était d’intéresser tout le monde. Avec Duke, c’est tout le contraire.

Travailler à nouveau sur Duke, c’est un juste retour des choses ?

Je ne vois pas les choses sous cet angle : je n’ai travaillé sur Duke que quelques années, tandis que beaucoup de gens sont impliqués dans le projet depuis plus longtemps que moi. La chose qui me plaît le plus, c’est qu’Allen [Blum] soit toujours dans la course. C’est Allen qui a créé Duke ! Si porter à mon tour le flambeau de Duke Nukem est un honneur et un privilège, c’est surtout parce que je le fais aux côtés d’Allen et qu’il s’y applique chaque jour.

Prévoyez-vous un mode multijoueur ?

Bien sûr ! Comment imaginer un Duke Nukem sans multijoueur ? Lorsque 3D Realms était encore sur le projet, ils n’avaient absolument pas envisagé cette hypothèse et sur ce point, Gearbox a vraiment dû mettre la gomme.

Avez-vous pu observer des différences entre les goûts vidéoludiques d’il y a 12 ans, époque de la conception de Duke Nukem Forever, et ceux des gamers actuels ?

Évidemment, sur certains points, tout a changé, mais sur d’autres, on peut constater une certaine stagnation. Duke Nukem 3D présentait par exemple de sacrées innovations pour l’époque, entre combat et interaction avec le décor. L’environnement interactif était vraiment riche et permettait de découvrir des tas de secrets, pour peu qu’on sorte des sentiers battus.

Aujourd’hui, peu de jeux s’en donnent encore la peine. Je trouve qu’Half-Life s’en sort bien en termes de rythme, mais aucun autre jeu n’a atteint le niveau d’interactivité que permet Duke ou ne propose tous ces bonus cachés. Duke Nukem Forever reprend cette bonne vieille formule.

Et la suite, c’est pour quand ?

Franchement, je n’ai pas pensé une seule seconde à ce qui pourrait arriver après Duke Nukem Forever !

Pour conclure et sortir légèrement du sujet, comment avance Aliens: Colonial Marines ?

Plutôt bien ! Même si nous ne le faisons pas savoir, nous sommes très excités. C’est drôle que vous en parliez, parce que si vous jetez un œil à Duke Nukem 3D, vous y trouverez des xénomorphes et des tas de références à Aliens. Je me suis inspiré d’Aliens tout au long de ma carrière, je suis donc vraiment content d’être entré dans la boucle.

Pour vous dire la vérité, le jeu a été annoncé trop tôt : l’encre du contrat n’était même pas encore sèche et le code source encore vierge, mais nous nous impliquons vraiment dans ce projet, tout comme SEGA, et je suis sûr que nous pourrons bientôt en reparler ensemble.

Les commentaires sont désactivés.

2 Commentaires

  • Duke nuken forever , j’étais au collège qu’on l’attendais déjà … (là pour info j’ai une gamine de 7 ans , qui me demande pourquoi je suis plié en 4 de rire…)

  • il semble très poche se jeu mais bon en même temps !

    Bizzare…(pour moi)