Journal des développeurs de Eat Them! : troisième partie

1 0

Voici quelques informations de la part de James sur le futur jeu Eat Them!

Salut ! Je m’appelle James Parker et je suis concepteur chez FluffyLogic« >FluffyLogic, où je travaille sur Eat Them!. Ana vous a déjà raconté pas mal de choses sur ce jeu, mais moi, je vais vous donner des détails sur le travail de conception d’un jeu comme Eat Them! au quotidien. Au programme d’aujourd’hui : les COMMANDES !

Eat Them!

Un jeu peut disposer de la meilleure technologie au monde, d’une infographie à couper le souffle et d’USP à faire saliver tous les services de marketing au-dessus de leurs expressos… s’il y a le moindre souci avec les commandes, le joueur n’interagira pas correctement avec le jeu, ce qui viendra gâcher tout le reste.

La première chose à faire, quand on entame la conception d’un jeu, est de télécharger une image de la manette analogique DUALSHOCK 3 sur « Google images », de lancer son logiciel de dessin préféré et de tracer tout un tas de petites lignes reliant chaque bouton à une boîte où sont décrites les fonctions qui lui sont associées. À ce stade, en tant que concepteur expérimenté, vous pouvez déjà avoir une idée assez précise des solutions adaptées à votre jeu. Mais en réalité, tant que vous n’avez pas testé le jeu, manette en main, vous ne pouvez pas savoir si vous êtes à côté de la plaque : vous pourriez très bien avoir doté notre chère Mona Lisa d’une moustache.


La personnalisation étant l’une des clés de voûte du jeu, les compétences diffèrent légèrement selon les monstres qui ont chacun quatre positions d’arme différentes, la possibilité de faire des kicks, de sauter, d’attraper ou de piétiner des choses. Si, en plus, vous souhaitez que les commandes soient les plus simples et intuitives possibles, leur mappage devient un sacré défi à relever. Cela dit, ces commandes (80 % de la totalité) sont faciles à tester et à modifier, par exemple pour y intégrer de nouvelles fonctionnalités ou pour les adapter aux gauchers.

Quant aux 20 % de commandes restantes, ce sont les plus complexes à valider comme étant « les bonnes ». Car il ne s’agit pas d’une simple question de position des mains : cela dépend de la vitesse de rotation de la caméra, du temps de préparation d’un coup de poing, de la relation entre l’utilisation d’un bouton et l’action qui se passe à l’écran.

Personne n’aime jouer à un jeu où l’on sent que l’on ne contrôle rien. Les meilleurs jeux, quant à eux, vous donnent l’impression que vous n’êtes pas simplement assis dans votre canapé, à vous énerver sur des boutons. Les meilleurs jeux vous propulsent dans la peau d’un skateur pro, d’un « cage-fighter » ou d’un super héros… ou, dans notre cas, d’un monstre géant au goût ultra-prononcé pour la destruction.

Bilan : on en est maintenant au stade où il est quasiment impossible de ne pas céder à l’appel de la destruction quand on charge un niveau, même si on n’était là que pour contrôler les dernières exportations. Vadrouiller en éclatant des choses et en dévorant des gens, devient agréable, même s’il manque encore des éléments d’interface. Ça fait plaisir de voir que les choses évoluent dans le bon sens. Mais nous allons continuer à peaufiner, encore et encore, pour nous assurer que le jeu ne cesse de s’améliorer jusqu’à sa sortie. Godzilla lutte pour faire son souffle atomique, mais est-ce une raison pour que vous luttiez aussi ?

Quoi qu’il en soit, voici les commandes actuellement utilisées pour le jeu : n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires !

Eat Them! controls

Les commentaires sont désactivés.

1 Commentaire

  • Ce jeu doit être super sympa j’espère qu’il y aura une démo.