Mise à jour MUBI (22 mars 2012)

0 0

Cette semaine, les trois points forts de notre plateforme MUBI se veulent très audacieux – et chacun de façon totalement différente. La férocité visuelle de chacun – sur les thèmes de l’amour, d’une communauté ouvrière locale et du genre gangster – a pour effet de créer des expériences cinématographiques aussi enivrantes qu’inhabituelles.

fidelity

La fidélité (Andrzej Żuławski, France)

Comme vous le savez peut-être, l’auteur polonais Żuławski présente en ce moment sa première rétrospective intégrale en Amérique du Nord déjà très populaire et couronnée de succès. BAMcinématek, le cinéma qui l’organise, présente le réalisateur en ces termes : « Surnommé l’enfant terrible du cinéma polonais, Andrzej Zulawski est l’un des réalisateurs les plus contestataires et les plus controversés au monde ». Ce dernier a accordé une interview à notre revue cinéma en ligne, Notebook. Lisez l’interview ici.

Ce film est son œuvre la plus récente et je ne pourrais pas mieux le décrire que BAM :

« Clelia (Sophie Marceau), photographe, s’attire les foudres du journal à sensation qui l’emploie avec ses clichés artistiques, tandis qu’en proie à une attraction irrésistible pour un autre homme, elle se débat pour rester fidèle à son mari. L’adaptation du roman du 17e siècle La Princesse de Clèves par Żuławski est assez limitée par les critères déments du réalisateur. Je veux dire par là qu’il réussit tout de même à inclure des intrigues secondaires libres dont les rumeurs d’un empire à la Murdock, un trafic d’organes, des gangsters violents, des joueurs de hockey nus, du sexe pervers et une performance à couper le souffle de la part de Sophie Marceau à comparer à la grandeur lyrique d’Isabelle Adjani dans Possession et de Romy Schneider dans L’important c’est d’aimer ».

Comme pour toute l’œuvre de Żuławski, il faut voir ce film extravagant pour le croire.

Disponible dans les pays suivants : Royaume-Uni, Irlande, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Danemark, Finlande, Norvège, Suède, Autriche, Suisse, Nouvelle-Zélande, Australie.

foreignparts

Foreign Parts (Verena Paravel, J.P. Sniadecki, États-Unis)

Membre du nouveau mouvement de films documentaires profonds et audacieux venu des États-Unis – dont Sweetgrass a été le fer de lance – cette incroyable exploration d’un quartier new-yorkais est décrite par le Festival international du film de Locarno où il a été présenté :

« Enclave dans l’ombre du nouveau Mets Stadium de baseball, le quartier de Willets Point dans le Queens, est une zone industrielle vouée à la démolition. Fait de dépôts de voitures et de revendeurs de pièces d’occasion, sans trottoir ni tout à l’égout, le quartier semble mûr pour une reconversion touristique. Mais Foreign Parts y découvre une étrange communauté où épaves, déchets et recyclage constituent un commerce florissant. Les véhicules sont dépecés, triés et rangés par marque et par pièce, puis revendus à une longue file de clients en voiture. Joe, l’un des derniers habitants, enrage, ameutant la rue tel un roi Lear perdu pour tenter de s’opposer à leur expulsion imminente. Sara et Luis, un couple qui vit dans un van abandonné, se débattent pour se nourrir et rester à l’abri en plein hiver pendant que Julia, la reine de la fourrière sans domicile, s’exalte dans de béates visions de la vie quotidienne. Le film observe sur le vif la lutte des habitants contre ce « droit à l’expulsion » contesté, avant qu’ils ne soient avalés par la capitalisation de l’écologie urbaine de New York ».

Disponible dans les pays suivants : Royaume-Uni, Irlande, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Danemark, Finlande, Norvège, Suède, Autriche, Allemagne, Suisse, Portugal, Espagne, Italie, Nouvelle-Zélande, Australie.

sexy beast

Sexy Beast (Jonathan Glazer, États-Unis)

La retraite de Ray Winstone s’illustre en deux choses : « D’une part, il y a ce qui sépare ce film de gangster sous pression férocement divertissant de Jonathan Glazer des autres genres cinématographiques… Et d’autre part, il y a Ben Kingsley qui se transforme ici en un anti-Gandhi, un gros bonnet de la mafia, sauvage et effroyablement puissant ». – A .V. Club

Disponible en France