Tom Clancy’s Splinter Cell: Blacklist – Présentation de la Fifth Freedom

2 0

SCB_Screenshot_FifthFreedom6

Lorsque l’on m’a demandé d’écrire un message pour le PlayStation Blog concernant la Fifth Freedom et son rôle dans Splinter Cell: Blacklist, je me suis rendu compte que ça tombait à point nommé. La franchise Splinter Cell a toujours été ancrée dans le réalisme et le dernier opus de la série dispose d’une histoire qui pourrait être tirée des unes de journaux actuels.

Dans la réalité, nous sommes au courant de certains conflits. D’autres, cependant, ne seront jamais connus du grand public, une guerre de l’ombre qui sera désamorcée par quelques personnes chargées de prendre les décisions les plus difficiles, et qui doivent porter ce lourd fardeau pour protéger nos libertés fondamentales.

Voici le contexte qui nous permet de donner la Fifth Freedom à Sam Fisher dans Splinter Cell Blacklist. Elle lui donne tous les droits pour protéger l’intérêt général. Seul le Président est habilité à autoriser la Fifth Freedom, et seuls les meilleurs agents américains dont la fiabilité n’est plus à prouver l’ont reçue.

SCB_Screenshot_FifthFreedom4 SCB_Screenshot_FifthFreedom5

Afin de mieux comprendre la Fifth Freedom et son rôle critique dans le développement de Splinter Cell: Blacklist, j’ai envie de partager avec vous quelques exemples historiques qui ont servi de base pour notre histoire.

En 1941, le Président Américain Franklin Delano Roosevelt a donné son « discours des quatre libertés », ce quatuor de libertés dont tous les « habitants du monde » devraient jouir à la naissance:

  • Liberté d’expression
  • Liberté de religion
  • Liberté de vivre à l’abri du besoin
  • Liberté de vivre à l’abri de la peur

Lorsque ces libertés sont mises en danger, et qu’un réseau terroriste attaque le cœur des Etats-Unis dans Splinter Cell: Blacklist, Sam Fisher reçoit la Fifth Freedom et a pour mission de protéger les quatre autres. Ce concept est la clef de voûte qui nous permet de créer une histoire profonde pour notre héros, Sam, qui lutte avec cette étroite limite entre le bien et le mal tout au long du jeu.

Lorsque j’ai regardé la série acclamée par la critique Generation Kill, produite par HBO et datant de 2008, j’ai été vraiment frappé par le fait que je n’étais pas en mesure de juger les actions des soldats. Je n’ai jamais été militaire. Je n’ai jamais dormi sous un camion parce qu’à ce moment, c’était l’endroit le plus sûr pour moi. Je n’ai jamais été amené à tuer quelqu’un.

Je ne suis pas en mesure de juger ce qui ce passe, mais cela m’a néanmoins permis de réfléchir. On joue sur nos iPhones à 500€, on boit nos lattes Venti. On vit nos vies dans la plus parfaite insouciance, tous les jours. Mais la vérité, plus brutale, est que certaines personnes prennent des décisions extrêmement difficiles pour protéger nos confortables existences.

Ces thèmes à la fois adultes et contemporains sont à la base de notre histoire pour Splinter Cell: Blacklist. En tant que créateurs de jeux, nous espérons faire vivre aux joueurs des situations qui les forceront à réfléchir aux conséquences de leurs choix. Notre but ultime est de créer une expérience qui immergera les joueurs et qui les fera peut-être revoir leurs points de vue.

Pour un avant-goût du jeu et de sa sortie prévue l’année prochaine sur PlayStation 3, regardez la dernière bande-annonce Fifth Freedom ci-dessous.

Les commentaires sont désactivés.

2 Commentaires

  • Bonsoir Julien. L’article Starhawk a disparu ?
    Sinon merci pour la video de Splinter :top:

    • Julien Bourey
      Julien Bourey

      On le remet en ligne en journée. On a quelques ajouts à faire. 😉