Galak-Z réinvente le jeu de tir spatial à la sauce 16 bits sur PS4

0 0

galak_z_2

Jake Kazdal, directeur et chef de projet chez 17-BIT nous parle de Galak-Z.

La définition même de « jeu de tir » a beaucoup changé au fil des décennies. Les jeux qu’on appelait autrefois jeux de tir d’arcade 16 bits s’apparentent aux jeux de tirs et de combat tactique à la première personne. Chez 17-BIT, nous voulons mélanger le meilleur des deux mondes et obtenir un tout nouveau type d’aventure !

Les jeux d’arcade classiques étaient pour l’essentiel des jeux de tir avec plein de vaisseaux spatiaux. Ces jeux étaient les plus beaux, et ils ont été déclinés à toutes les sauces, de R-Type à Gradius en passant par Pulstar. Bien des années plus tard, ces jeux sont toujours présents sur le marché, mais la plupart ont adopté le modèle classique des vagues successives d’ennemis pas très futés dont la seule tactique consiste à foncer sur vous tout en mitraillant à tout-va. Ce qui vous impose de vous faufiler dans une pluie de projectiles.

Le jeu de tir moderne propose beaucoup plus d’options tactiques. La puissance de l’I.A. moderne permet de combattre des escadrons presque aussi malins et astucieux que des ennemis humains. Les ennemis renoncent au combat le temps de recharger leurs boucliers, d’appeler du renfort ou de couvrir leurs équipiers par leurs tirs.

Nous avons voulu conserver ce niveau de difficulté, en proposant des caractéristiques des jeux de tirs dernier cri à gros budget dans un jeu en 2D. Le résultat ? Une expérience inédite inspirée par ces deux genres bien connus.

galak_z_4

Premier point :

J’aime beaucoup Far Cry 3. Dans Far Cry 3, les ennemis possèdent des cônes de vision, et vous entendent quand vous êtes trop près d’eux. Vous pouvez vous mettre à court de plusieurs façons pour ne pas vous faire repérer. Et si vous manquez de discrétion, vos ennemis vous canardent aussitôt. Ce qui nous amène à la planification tactique. Il est préférable de mener le combat comme on l’entend, en profitant par exemple d’un moment où l’ennemi n’est plus en vue pour réparer et recharger avant de repartir au combat, en ayant au passage mis au point une tactique affinée.

C’est précisément ce que nous proposons dans GALAK-Z. Les ennemis préfèrent ne pas mourir plutôt que se faire descendre à la première occasion. Ils collaborent entre eux, se couvrent mutuellement et s’appellent en renfort.

Deuxième point : 

Nos ennemis effectuent une patrouille, et vous ne savez pas si vous aurez l’occasion de lancer la bataille. Nous avons choisi d’associer un vaste réseau de grottes, et divers éléments hérités du gameplay de l’inoubliable Metroidvania, à des combats aériens très brutaux et basés sur les lois de la physique. Comme le joueur n’est pas tenu de composer avec une caméra 3D, il est en ligne directe avec le jeu, au cœur du combat, bref, il tutoie la félicité totale !

Graphiquement, nous tenions à ce que le jeu rappelle les grands classiques des dessins animés de science-fiction de la charnière des années 70 et 80. Les univers de Starblazers/Yamato, Robotech/Macross et Gundam ont bercé mon enfance, ainsi que les célèbres jeux de tir d’arcade de l’époque. GALAK-Z entend rassembler un maximum d’éléments visuels de la grande époque. C’est avant tout un univers très fun peuplé de personnages que nous avons hâte de faire découvrir très bientôt au grand public !

galak_z_3

Troisième point : 

Nous disposons d’une machine à la puissance folle, mais comment l’exploiter au mieux ? Quand on voit le jeu pour la première fois, on se dit que ce n’est qu’un « vulgaire » shoot’em up en 2D. Et on se demande à quoi sert toute la puissance de la PS4 ?

La plupart des objets du jeu n’échappent pas aux lois de la physique. Foncer dans un astéroïde ne se solde pas par deux ou trois rayures : au contraire, ça vole dans tous les sens ! Les ennemis explosent et se percutent entre eux. A sentinel’s sword swipe peut vous envoyer directement dans une into a dangerous bunch of living cave spikes. Dans cet univers, tout est masse, inertie, timing, et les possibilités de combattre ne manquent pas.

La puissance du système nous a permis de créer à peu près tous les effets de particule possibles et imaginables. Le dessin de nos sprites (à la main) et la génération procédurale permettent d’obtenir des résultats splendides à admirer à chaque tir de laser, ou dès qu’un ennemi ou un astéroïde explose.

Conclusion :

La genèse de ce jeu aura été longue, mais nous estimons que le jeu (celui-là, oui !) en vaut la chandelle. Le bon vieux shoot’em up en 2D a bien mérité cette remise au goût du jour qui repose sur la technologie moderne et les innovations en matière de gameplay. Le résultat ? Un cocktail fantastique composé d’éléments vidéoludiques d’hier et d’aujourd’hui qui promet d’être une expérience phénoménale permettant de vivre le combat comme jamais.