Le compositeur doit-il créer la musique d’un jeu vidéo avant ou après y avoir joué ?

0 0
Le compositeur doit-il créer la musique d’un jeu vidéo avant ou après y avoir joué ?

Les développeurs de Hohokum ont interrogé leurs compositeurs

Salut tout le monde ! Nous voilà de retour sur le Blog PlayStation, avec cette semaine la découverte d’une vidéo de la fête foraine et une discussion avec les deux musiciens de chez Ghostly International avec lesquels nous collaborons pour la bande-son de Hohokum : grosse éclate !

Dans notre dernier billet, Dick a raconté l’histoire derrière la Fête fun-raine, qui date de 2011 et de la première fois où nous avons montré Hohokum. Si vous l’avez raté, vous pouvez le lire ici.

Nous avons maintenant une nouvelle vidéo pour la fête foraine, sur une musique de Ben Benjamin… Gare à l’espièglerie du vendeur de ballons !

Ensuite, nous avons Scott Hansen (Tycho) et Ben Benjamin à nos côtés pour parler de leur travail sur le jeu. Ils ont tous deux composé la musique originale de Hohokum et elle est EXTRAORDINAIRE. La chanson ‘L’ de Tycho, tirée de son nouvel album ‘Awake’, est la toile de fond de la fête foraine dans le jeu et a déjà illustré notre vidéo d’annonce, que vous pouvez voir ici. ‘Awake’ sortira le 18 mars et vous pouvez le précommander ici. Il est génial !

Une collaboration entre une maison de disques comme Ghostly et un jeu comme Hohokum est plutôt inhabituelle. Comment est-ce arrivé ? Qu’est-ce qui vous a donné envie de participer à ce projet ?

Scott Hansen : J’ai rencontré Richard Hogg, le développeur du jeu, et il m’a montré des versions test précoces de niveaux qui utilisaient ma chanson L comme musique. J’ai été immédiatement frappé par la justesse avec laquelle la vision de Richard se mêlait au son. C’était une utilisation très judicieuse de cette musique, et j’étais simplement honoré par cette opportunité de voir mon travail associé à un tel chef-d’œuvre.

Ben Benjamin : Contribuer à la musique d’un jeu vidéo est quelque chose que je voulais faire depuis le collège, lorsque je tondais des pelouses pour m’acheter des jeux NES. Quand on m’a demandé de travailler sur Hohokum, j’ai presque dû refuser car je travaillais pour mon diplôme de Master et je n’avais presque rien le temps de faire d’autre. Mais dès que j’ai vu les magnifiques images du jeu, j’ai su que je ne pouvais pas passez à côté du projet. J’ai donc appris à vivre en dormant encore moins.

Vous avez rencontré Ricky presque au tout début du projet et nous avons regardé de nombreux niveaux à un stade très peu avancé : quelles étaient vos premières impressions ?

Scott Hansen : J’étais juste ébahi de voir à quel point c’était différent, je n’avais jamais vu quelque chose comme ça. J’ai adoré les couleurs et les formes, tout le décor ressemblait à un rêve éveillé.

Nous avons utilisé votre piste dans notre vidéo d’origine, et c’est la musique de la fête foraine, qui est sans doute le lieu le plus emblématique de Hohokum. L’un des commentaires les plus récurrents concerne la musique, les gens adorent : avez-vous apprécié ces réactions en ligne ?

Scott Hansen : Ça a été super d’entendre parler du jeu ici et là. De nombreuses personnes me disent qu’elles ont découvert Tycho grâce à Hohokum, ou que ce jeu leur a donné envie d’écouter d’autres de mes morceaux. Je pense qu’il y a quelque chose de très spécial concernant les musiques qui accompagnent les jeux vidéo. En tant que joueur, on développe une relation très proche avec les sons d’un jeu, et ils peuvent devenir la passerelle entre la fantaisie et la réalité. Le simple fait d’entendre une chanson, une voix ou un son venant d’un jeu particulier peut parfois me ramener là-bas. Je pense que c’est particulièrement pertinent avec un jeu immersif comme Hohokum où l’on peut aisément entrer dans le monde qu’il présente.

Votre style de musique se mélange à merveille avec Hohokum, et nous avons également utilisé d’autres chansons de vos anciens albums en plus du morceau déjà cité. Votre approche a-t-elle été différente dans la composition du morceau que vous avez écrit spécialement pour le jeu ?

Scott Hansen : J’ai écrit cette chanson comme je le fais habituellement, mais je l’ai revisitée pour le jeu. L’idée était que toutes les pistes et couches se construisaient au fur et à mesure de la progression du joueur dans les différentes zones d’un niveau ; l’arrangement devait donc se faire d’une façon non-linéaire.

Les morceaux que vous avez composé présentent une véritable sensibilité dans leur design audio, c’est comme si vous essayiez en même temps de créer la musique des lieux traversés et en plus de leur donner du sens. Est-ce quelque chose que vous faites avec vos propres travaux, ou est-ce spécifique à ce projet ?

Ben Benjamin : Cette composante du design audio est une approche que nous avons utilisée de nombreuses fois au fil des ans, pour des compositions commerciales la plupart du temps. Incorporer des sons (certains plus abstraits que d’autres) qui pourraient se produire dans les éléments visuels m’aide à composer des musiques qui « coopèrent » mieux avec ce qui se passe à l’écran.

Une particularité rendant la musique de certains types de jeux unique est qu’elle tourne en boucle : elle est jouée jusqu’à ce que le joueur avance, sans véritable début ni fin. Comment cela affecte-t-il votre travail en tant que compositeur ?

Ben Benjamin : Lorsque je compose pour des publicités, on me demande souvent de modifier la longueur de certaines sections pour respecter des spécifications temporelles très précises, et d’une façon à ce que tout reste homogène. Anticiper ce genre de requêtes a lentement modifié ma manière de composer. La majorité de mes compositions s’accommodent très bien des boucles et des modifications, presque par habitude.

Un ami développeur, Niflas, procède parfois autrement en composant d’abord un morceau, puis en essayant de faire un jeu qui s’accorde à la musique. Nous n’avons pas fait cela pour Hohokum, mais ça serait intéressant. Seriez-vous tenté de travailler dans les jeux vidéo à l’avenir, peut-être dès le début du processus de création (avant même qu’il y ait quelque chose à voir) ?

Scott Hansen : Je souhaite vraiment plus m’investir dans des projets animés de toutes sortes. Mon but est de créer un court-métrage et d’en composer la bande-son, mais je pense que je pourrais trouver une expérience similaire en travaillant sur un jeu. Les jeux vidéo en général sont enfin devenus une forme d’art à part entière, et ce média offre une plateforme d’expression incroyablement riche.

Ben Benjamin : Pour ma part, je préfère composer lorsqu’il y a plus de limites établies, qu’il s’agisse de visuels ou d’autres paramètres. Cela réduit les chances de paralysie face à la feuille blanche, cette dernière ayant un impact sur mon processus créatif (l’un des principaux facteurs m’empêchant de sortir plus de créations de manière générale). Travailler sur des jeux en tant que compositeur ou programmeur est quelque chose que je souhaiterais volontiers faire à l’avenir.

Merci les amis ! La musique dans Hohokum est une partie incontournable de l’expérience et nous sommes très heureux d’avoir pu collaborer avec certains de nos musiciens préférés. Lorsque nous avons commencé à travailler sur le jeu, nous avions une liste de lecture pour nous inspirer avec énormément de pistes de ces artistes, donc c’est vraiment super d’avoir pu travailler avec eux. J’espère que vous l’aimerez autant que nous !