J’ai interviewé le studio Frogwares pour la sortie du dernier jeu Sherlock Holmes

1 0
J’ai interviewé le studio Frogwares pour la sortie du dernier jeu Sherlock Holmes

Inspirations, nouvelles enquêtes et pouvoirs

Le dernier jeu de Frogwares, basé sur l’univers de Sherlock Holmes inventé par Sir Arthur Conan Doyle, est sorti depuis quelques jours à peine sur PS4 et PS3. Crimes & Punishments est le onzième jeu Sherlock développé par le studio ukrainien. Avec tant d’expérience on a peu d’inquiétudes à se faire sur la qualité du titre, mais j’ai néanmoins voulu en apprendre plus sur le processus de développement. J’ai donc contacté Olga, assistante producteur du jeu :

Avant de commencer, j’ai une question qui me taraude depuis que j’ai commencé le jeu : au début de Sherlock Holmes Crimes & Punishments, on prend le contrôle du Dr. Watson, avant de rapidement contrôler Sherlock. Est-ce là un hommage aux récits originaux où Watson relate les aventures à la première personne ?

Olga : « Here dwell together still two men of note
Who never lived and so can never die . . .
Here, though the world explode, these two survive
And it is always eighteen ninety-five. »

Que je pourrais traduire par :
« Ici demeure toujours ensemble deux hommes d’importance
Qui n’ont jamais vécu et ne peuvent donc jamais mourir
Ici, alors que le monde explose, ces deux-là survivent
Et nous sommes toujours en 1895. »

Comme tu peux l’entendre à Frowares nous honorons le canon de Sherlock Holmes et on essaie de le suivre autant que possible.

Puisqu’on aborde les nouvelles Sherlock Holmes, vous êtes-vous inspirés de certaines enquêtes pour le jeu ? Ou sont-elles toutes exclusives à Crimes & Punishments ?
Olga : Sherlock Holmes: Crimes & Punishments comprend 6 enquêtes différentes. Deux d’entre elles sont canoniques, c’est-à-dire écrites par Sir Arthur Conan Doyle. Les autres sont exclusives et inventées par Frogwares.

Avez-vous été inspirés par d’autres jeux vidéo ou histoires de détectives pour le gameplay et les mystères à résoudre ?
Olga : Bien sûr ! Jeux vidéo, films, séries TV, des comics, des peintures aussi, on s’est inspiré de tellement de choses qu’il est difficile de les lister. Ça fait plus de 14 ans qu’on fait des jeux vidéo Sherlock Holmes, on trouve l’inspiration dans notre vie quotidienne.

Avant chaque discussion avec un suspect, Sherlock prend déjà le dessus grâce à une analyse complète de la personne (vêtements, marques de lutte, objets…), comment vous est venue cette idée ?
Olga : Sherlock est connu pour son génie, ses compétences et son pouvoir d’observation est sans doute le plus évolué au monde. Tous ces petits détails que nous, les gens normaux, on ignorerait, il les voit. Avec Crimes & Punishments on voulait vraiment que le joueur se sente comme Sherlock Holmes, et pas juste observateur.

Au cours de sa carrière, Sherlock a dû recourir aux déguisements des dizaines de fois, en quoi était-ce important d’ajouter ces costumes au jeu ? Quel fut le principal challenge pour le développement ?
Olga : Ah le maître du déguisement. Un autre talent du détective. Le plus difficile pour nous a été de faire en sorte que mettre un déguisement se passe aussi naturellement que possible. Modèle de Sherlock, nuances de peau, préparation, combinaisons d’éléments, animations… J’espère que vous allez vous amusez à revêtir ces perruques et costumes.

Nous avons pu voir que chaque enquête avait plusieurs résolutions possibles, et que Sherlock peut condamner un innocent. Y a-t-il un moyen de connaître le vrai coupable si on accuse un innocent ? Ou le coupable est-il celui le plus accablé par les preuves ?
Olga : C’est exact, il peut y avoir jusqu’à 4 coupables, et jusqu’à 10 fins possibles pour chaque enquête. Il est facile d’accuser un innocent ou une innocente et de le/la faire exécuter. Accusez avec prudence.
Nous avons aussi ajouté une option pour vérifier si vous avez raison ou non, mais il n’est pas nécessaire de la regarder. On ne veut pas vous guider pendant votre enquête, ni vous donner d’indice si vous êtes sur la fausse piste, ainsi vous pourrez rejouer les missions.

Les plus célèbres enquêtes de Sherlock sont souvent résolues par un twist final inattendu, peut-on espérer de tels retournements de situation dans Crimes & Punishments ?
Olga : Ça fait partie de mes moments préférés du jeu, quand Sherlock Holmes et le Docteur Watson se livrent à une joute verbale… À vous d’en déduire ce que vous voulez… 🙂

La grande force de Sherlock repose sur la déduction après une analyse minutieuse de chaque élément présent sur une scène de crime, comment peut-on retrouver ce « super-pouvoir » dans le jeu ?
Olga : Sous la forme de l’espace de Déduction, probablement notre plus grande nouveauté dans le jeu. Chaque indice que vous trouvez et chaque conclusion que vous faites va directement dans ce menu. À vous ensuite de faire les liens entre chaque indice, les interpréter d’une façon ou d’une autre pour en venir à une conclusion.
Vous êtes Sherlock et c’est votre enquête, l’espace de Déduction est une image de votre cerveau. Je pense que nous avons fait un beau travail dessus, mais c’est à vous de juger.

En évitant le plus possible les spoilers, quelle fut la partie la plus difficile à développer pour le jeu ?
Olga : Finaliser le jeu ! C’est extrêmement difficile de boucler un travail créé par 50 personnes pendant 3 ans.

Après les immenses succès de la série Sherlock Holmes sur la BBC avec Benedict Cumberbatch et Martin Freeman dans les rôles clés, ainsi que les deux films Sherlock avec Robert Downey Jr. et Jude Law, avez-vous ressenti une certaine pression pour développer le jeu ? Est-ce que ces séries et films ont eu une certaine influence ?
Olga : J’adore à la fois la série et les films, et j’ai hâte de voir les suites ! Plus il y a de Sherlock Holmes et mieux c’est. On a pas senti beaucoup de pression, sauf pour une chose : quand on a du expliquer aux fans de la série et des films pourquoi on avait ni Benedict Cumberbatch ni Robert Downey Jr. dans notre jeu.

Un grand merci à Olga de Frogwares pour avoir répondu à cette question. J’ai eu la chance de jouer à Sherlock Holmes: Crimes & Punishments depuis quelques jours déjà, et le titre est un petit trésor pour les amateurs du détective. Mention spécifique au « pouvoir d’observation » mentionné plus haut, on prend vraiment de la hauteur avec cette connaissance.

Les commentaires sont désactivés.

1 Commentaire

  • maryth3strang3

    Très bon interview ! 🙂

    J’ai finis et platiné le jeu, je suis d’accord sur certains points forts du jeu tels que l’espace de déduction, les déguisements etc.. Mais il y a des choses qui m’ont pas mal dérangées, comme par exemple, quelques saccades ingame.. Ou bien encore la froideur des enquêtes, pas réellement d’émotions, j’ai senti un vide de ce côté la mais ça, c’est ma recherche de sensations toujours plus fortes dans chaque jeu lol ;). Pour finir, il y a pas de réelles surprises dans les enquêtes, c’est dommage.. Bref, sinon c’est un très bon jeu pour les adeptes de Sherlock Holmes :).