Publié le

Découvrez comment la passion pour les armes de Lemmy, leader de Motörhead, et la musique de son groupe, ont façonné le jeu PS4 Victor Vran

La bande-son finale de ce nouvel action-RPG empreint de heavy metal enfin dévoilée

Comme l’une des ambitions du jeu est de faire revivre au joueur les 40 ans d’existence de Motörhead, on voulait une bande-son qui comporte à la fois des vieux morceaux et des nouveautés, ainsi que des classiques incontournables, comme « Ace of Spades », et des pépites méconnues, comme « Jailbait ».

Au moment où nous avons signé tous les contrats avec le groupe et différentes maisons de disques, Motörhead venait de sortir « Aftershock », un album génial qui deviendra probablement un classique ! Les trois morceaux les plus récents du jeu sont donc issus de cet album.

« Queen of the Damned », le petit bijou d’« Aftershock », était au sommet de la liste des morceaux qu’on voulait inclure dans le jeu. Dès que j’ai commencé à écrire le concept du jeu, j’ai voulu donner vie à cette reine, car elle incarne le combat entre les riches et les pauvres à la perfection. En plus, c’est une de mes chansons de Motörhead préférées !

Victor Vran

un des premiers concept arts du Pub de la fin des temps, avec le classique de Motörhead « End of Time » en fond sonore. Nous avons même envisagé d’appeler le jeu « Motörhead at the End of Time ».

Ce qui était très important pour nous, c’était d’obtenir autant de versions instrumentales que possible. Ça nous permettait déjà d’avoir plus de contenu totalement exclusif, mais surtout, c’était une bonne solution pour que le joueur ne soit pas distrait par les paroles d’une chanson au milieu d’un combat. Maintenant, on a la bande-son parfaite : 13 morceaux, classiques et plus récents, 12 versions instrumentales, et les versions remixées des Monuments du Rock.

L’implication du groupe dans le projet est à l’origine de tout. Au début, on comptait juste inclure quelques morceaux dans la bande-son et c’est tout. Mais au fil des discussions, on en est venus à cette question : « Pourquoi ne pas faire plus que de la musique ? On devrait faire un JEU Motörhead ! » Ensuite, on a continué à travailler en étroite collaboration.

Le groupe a aussi participé à l’écriture de l’histoire et à la réflexion sur les citations et anecdotes à inclure dans le jeu. Bien sûr, ils ont également créé les tenues de Victor Vran.

C’était Lemmy qui s’investissait le plus, étant donné son rôle important dans le jeu. Et bien sûr, il était très impliqué dans la création des armes (comme chacun sait, Lemmy est un grand collectionneur d’épées et de couteaux). Il a donc beaucoup commenté les armes qu’on créait. C’était génial d’avoir l’avis direct de Lemmy qui, évidemment, ne mâchait pas ses mots… On n’aurait pas pu faire plus direct, en fait : « Celle-là, c’est n’importe quoi ! Elle se casserait après quelques coups, p**ain ! Faites-la plus épaisse ! » ou « C’est complètement nul ! Laissez tomber ce truc ! »

Grâce à la confiance qui régnait entre le groupe, les responsables et les développeurs, nous avons eu accès à tous les enregistrements d’origine, même ceux des morceaux qui avaient presque 40 ans. Autrement dit, nous avons pu manipuler chaque couche sonore et chaque note de chaque morceau. Je ne trouve pas les mots pour dire à quel point je suis fier qu’on ait pu les utiliser. Travailler avec ces morceaux, les écouter, c’était comme un voyage dans le temps. On se serait crus au Roundhouse, au beau milieu des années 70.

TITLE

« Bomber » et « Iron Fist » sont des morceaux de légende qui doivent figurer dans le jeu. Ce sont des attaques spéciales qui vous permettent d’exterminer vos ennemis.

Le jeu contient beaucoup de lieux un peu spéciaux où se trouvent les Monuments du Rock. Quand Victor active l’un de ces monuments, la musique s’interrompt et le remix propre au monument démarre. Il commence par exemple avec la basse, et puis, une fois qu’on a éliminé une vague d’ennemis, un autre instrument (ou une voix) vient s’intégrer au morceau. C’est différent à chaque fois, ce qui rend chaque expérience sonore totalement unique.

Les phases d’apparition des monstres sont étroitement liées au rythme du morceau choisi et certains Monuments du Rock s’intensifient plus vite que d’autres. Au final, lorsque Victor a vaincu tous les monstres, le morceau est complet et le monument fait apparaître des tonnes de trésors. C’est très gratifiant, on a tout suite envie de remettre ça.

  1. ‘Motörhead – Motörhead, 1977
  2. ‘Overkill’ – Overkill, 1979
  3. ‘Stay Clean’ – Overkill, 1979
  4. ‘Bomber’- Bomber, 1979
  5. ‘Ace of Spades’- Ace of Spades, 1980
  6. ‘Jail Bait’ – Ace of Spades, 1980
  7. ‘Love Me Like a Reptile’ – Ace of Spades, 1980
  8. ‘We are the Road Crew’- Ace of Spades, 1980
  9. ‘Killed by Death’ – No Remorse, 1984
  10. ‘Iron Fist’ – Iron Fist, 1985
  11. ‘End of Time’ – Aftershock, 2013
  12. ‘Paralyzed’ – Aftershock, 2013
  13. ‘Queen of the Damned’ – Aftershock, 2013
0 commentaires
0 réponses de l'auteur

Vous ne pourrez plus ajouter de commentaires à un message 30 jours après sa publication.

Edit history