Publié le

Comment les rivalités et le lignage ont façonné la destinée de Ferrari dans Project Cars 2 sur PS4

Slightly Mad Studios évoque l'acquisition de cette licence épique et des responsabilités que cela entraîne

Project Cars 2 est le deuxième titre de la franchise de sport automobile à succès Project Cars. Ce “2” signifie beaucoup pour nous et notre engouement face à un public enthousiaste : il nous a permis d’établir ce que les fans ont apprécié dans le premier opus, ce que nous pouvions faire pour l’améliorer, et d’ajouter les voitures et les circuits que nos fans réclamaient.

Project CARS n’est pas de ces jeux de “course” où l’on collectionne les voitures, qui truque la maniabilité et se prétend “authentique”. Nous disposons de sept pilotes bien réels, comme Ben Collins (“The Stig”, l’homme des grands moments de Top Gear) ou le vainqueur des 24 H du Mans, Tommy Milner, qui nous donnent constamment leurs impressions. Non seulement c’est dans notre ADN, mais cela a des conséquences sur les attentes des fabricants représentés dans le jeu.

Notre titre est bien plus qu’un “jeu” comme les autres : les constructeurs s’attendent à ce que leurs modèles soient fidèles, non seulement en termes d’apparence, mais aussi de sensations, tenue de route, maniabilité et performances.

Project Cars 2

Suite à la sortie du premier Project Cars, tout le monde a réclamé davantage de marques d’élite pour le second opus. Nous savions dès le départ qu’une suite sans Porsche, Lamborghini ou Ferrari serait vouée à l’échec.

Mais une fois ces licences obtenues, nous nous sommes retrouvés dans une sacrée mélasse lorsqu’il a fallu décider quelles voitures figureraient dans Project Cars 2.

Ferrari illustre parfaitement notre embarras : cette marque d’élite s’enorgueillit de 70 ans de routières et de voitures de course de légende. Notre mission, une mission impossible ! … a donc été de décider quelles Ferrari épiques seraient intégrées au jeu… et lesquelles seraient mises de côté pour une autre fois. Dur.

Project Cars 2Project Cars 2

Les choix de “jeu” adoucirent ce processus épineux : par exemple, nous avons pris très tôt la décision d’intégrer des Ferrari de course ayant des rivales naturelles en jeu. Ainsi, la Ferrari 330 P4 devait être de la partie car elle était à même de surpasser la Ford GT 40 MK.IV, également intégrée au jeu. Faire s’affronter des pilotes aux 24 Heures du Mans avec ces deux voitures mythiques ne représentait aucun problème.

Mais les choses se sont avérées bien plus compliquées pour les routières. Au studio, tout le monde avait sa préférée, avec une dizaine de bonnes raisons de l’intégrer au jeu !

Nous avons fini par décider de suivre le lignage Ferrari, histoire d’avancer. Ce lignage s’est avéré fécond : une fois ce groupe de voitures choisi, nous avons sélectionné la plus rapide de chaque catégorie. (la F40, par exemple, est le modèle “LM” ; la F50, le modèle ultra rare GT).

Voici comme nous avons suivi ce lignage : la toute dernière Ferrari, LaFerrari, existe grâce au modèle précédent, la Ferrari Enzo – la première hypercar “moderne” équipée de toute l’électronique F1. La Enzo elle-même, par contre, s’appuie sur le modèle Ferrari F50, le premier doté d’un moteur F1 à la puissance réduite.

Project Cars 2Project Cars 2

Et la F50, quant à elle, a été basée sur la légendaire F40, la dernière des supercars analogiques. La F40, elle, s’appuie sur le succès de la 288 GTO, qui prouva qu’il était possible de produire en petit nombre des supercars de prix élevé.

Chaque voiture représente une nouvelle étape vers le modèle LaFerrari (la Ferrari). Travailler sur ces voitures – leurs détails techniques, leur CAO, les spécifications des moteurs – est à la fois grisant et une lourde responsabilité.

Ferrari, à ce qu’on dit, est une marque exigeante, et cette exigence s’applique aussi à ses modèles en jeu. Elle exige qu’ils offrent des sensations, une maniabilité et un son identiques aux vraies. Tout comme nos fans. C’est pour cette raison que nous ne comptons plus les nuits blanches à l’approche du lancement du jeu, le 22 septembre.

Cette course a été mouvementée !

1 commentaires
0 réponses de l'auteur
Chris2sissi 03 août 2017 @ 18:03
1

Quand je vois ca, GT sports a du soucis a se faire. Deja que le 1er etait bon (et avec des degats) celui ci s’annonce juste enorme.

Vous ne pourrez plus ajouter de commentaires à un message 30 jours après sa publication.

Historique des modifications