Publié le

Découvrez comment les combats et l’histoire revisités dans ce onzième volet de la franchise lui offrent un changement radical

Des détails pratiques sur les combos, les personnalisations et une histoire riche en rebondissements qui défient les attentes

Un nouveau volet somptueux, d’une brutalité fracassante, où chaque attaque, lancée avec une férocité et une rapidité inattendues, s’accompagne d’un brisement d’os à vous faire grimacer de douleur.

Les fatality ultra-détaillées (et d’une créativité remarquable) vous feront sursauter d’effroi et ressentir la détermination d’un combattant, rien qu’en observant les expressions de son visage. Remarquez par exemple la fureur glaciale de Sub-Zero face à Scorpion, son plus vieil ennemi, dans l’intro d’avant match. Même si son masque ne couvre que la moitié de son visage, son regard suffit à nous pétrifier.

En matière de graphismes, Mortal Kombat a toujours été une véritable pointure des jeux de combat. Qu’il s’agisse des mouvements des personnages, des décors d’arrière-plan remarquablement soignés, ou encore des écrans de chargement, chaque millimètre de MK11 offre un degré de précision incontestable qui ne peut être qu’apprécié.

Mortal Kombat 11

Avec des combattants inédits s’intégrant parfaitement à un récit qui ne cesse d’évoluer, des enchaînements de coups redynamisés, des systèmes redéfinis, et des modes additionnels, MK11 fait le plein de nouveautés. Par ailleurs, il ne tire pas uniquement ses enseignements de ses prédécesseurs, mais semble s’inspirer du célèbre Injustice 2, hautement salué par la critique.

Et même s’il refuse de se reposer sur ses gloires passées en termes de mécaniques de jeu, le temps est incontestablement au cœur de cet opus. Aussi bien dans sa manipulation, qu’à travers l’histoire de la franchise.

Les événements qui modifient le temps et façonnent l’histoire de MK11

MK11 est le prolongement de l’intrigue principale du reboot de la série, sorti en 2011 (également notable pour son ‘9’ manquant dans le titre du jeu). Dans cet épisode, l’histoire racontée dans la version originale de 1992, ainsi que dans les deux volets suivants, se voyait modifiée suite à un avertissement envoyé par Raiden, à travers le temps. Ce message provenait d’une version future de lui-même, espérant que cette prémonition changerait le cours des choses, et l’empêcherait de subir une défaite à venir. Ces changements affectèrent par la suite des personnages, des événements et d’autres éléments du jeu, pas toujours de la meilleure des façons.

Mortal Kombat 11 Mortal Kombat 11Mortal Kombat 11

 
Les répercussions de cette intervention seront au cœur de MK11, avec la révélation d’un personnage clé, la machiavélique Kronica. C’est « le boss des boss », explique Ed Boon, directeur créatif du jeu. « Elle est à l’origine de tous les rebondissements s’étant produits de MK1 à MKX ».

Voilà donc comment l’histoire de MK11 s’articule autour de ce voyage dans le temps. « Nous prenons tous les événements marquants de MK1, MK2 et MK3 et les ajoutons à la chronologie actuelle », continue Boon. « Il y a des anomalies temporelles, des personnages confrontés à des versions antérieures d’eux-mêmes, comme le jeune Liu Kang, qui se retrouve face à sa version fantôme. C’est vraiment génial. »

Le réexamen d’une histoire longue de 26 ans attirera forcément les fans qui suivent la saga depuis ses débuts.
C’est comme Looper, mais avec des arts martiaux à la place des flingues. Ou bien Retour vers le futur, version grindhouse.

La manipulation du temps impacte aussi le gameplay. En combat, le nouveau personnage de Geras peut jouer avec le temps. Apprenez à le maîtriser et vous pourrez effacer les dégâts subis, revenir un peu en arrière, ressusciter, ou enlever quelques secondes au compteur. Ce sera fascinant d’observer deux joueurs expérimentés maîtrisant parfaitement son potentiel.

Mortal Kombat 11Mortal Kombat 11

 
Et c’est ce qui rend Mortal Kombat 11 incroyable. Si l’histoire ou les personnages du jeu vous intéressent peu, vous pouvez simplement apprécier ses mécanismes de combat hyper-travaillés.

Un système de combat revisité

NetherRealm Studios n’est vraisemblablement pas un adepte du changement en douceur. C’est d’ailleurs de manière concrète que Mortal Kombat 11 se distingue de son prédécesseur. Les combos reposent davantage sur des démonstrations de force (et de mémoire musculaire) plus courtes, mais plus brutales. Un format plus traditionnel qui contraste fortement avec les combos de jonglage sans fin de MKX.

La lance de Scorpion qui se déploie comme un yoyo et tournoie dans les airs, ou le shuriken et la hache de glace de Sub-Zero ne sont qu’un aperçu des coups spéciaux qui vous attendent. D’un point de vue purement visuel, le sang dont se sert Skarlet en guise d’arme, et l’apparence nouvelle génération du redoutable Baraka, de retour pour le plus grand bonheur des fans, témoignent d’une créativité promettant de nouveaux combos épatants. Même les classiques sont revisités : le célèbre coup spécial « superman » de Raiden, peut maintenant être retardé. Préparez-vous à surprendre vos adversaires !

Mortal Kombat 11Mortal Kombat 11

 
La personnalisation des personnages est une avancée majeure et inédite, empruntée de toute évidence à Injustice 2. Fusionnez vos préférences esthétiques avec votre moveset favori, pour adapter votre main de MK à votre style de combat préféré. Cumulez des points que vous pourrez utiliser pour définir la puissance du kombattant de votre choix, et vous obtiendrez un gameplay et un degré de variation toujours plus approfondis.

Mortal Kombat 11 semble impatient d’apporter un vent de fraîcheur à un genre qu’il s’efforce de définir depuis 20 ans. « Le changement… Je suis convaincu que le changement est essentiel dans un jeu », confie Ed Boon, quand on lui demande comment assurer la longévité d’une franchise, précisant qu’il s’agit d’un équilibre délicat entre l’ancien et le nouveau. Il faut parfois opter pour une nouvelle approche, plus adaptée.

« Un brin de nostalgie sommeille en chacun de nous », poursuit-il, en ajoutant que tout comme on se souvient où on était la première fois qu’on a entendu une chanson en particulier, on se souvient à jamais de sa première fatality. « Faire vibrer cette corde et y ajouter de la nouveauté…, voilà, à mon sens, l’une des recettes qui nous permet de maintenir ce degré de satisfaction. »

2 commentaires
0 réponses de l'auteur

No

ça va le faire

Mortal Kombat 11

Vous ne pourrez plus ajouter de commentaires à un message 30 jours après sa publication.

Historique des modifications