Publié le

Aperçu PS VR : Stardust Odyssey, The Room VR, Pixel Ripped 1995 et Space Channel 5 VR

Nous avons pu tester quatre jeux très différents, qui arriveront sur PS VR dans les prochains mois

Les prochains mois seront bien remplis pour les joueurs possédant le PlayStation VR. Lors d’un événement tenu récemment au siège de PlayStation, à San Mateo, Tim et moi-même avons pu jeter un œil à quelques jeux, tout juste sortis ou à paraître. En voici quatre qui, selon nous, valent la peine d’être attendus :

Stardust Odyssey

Sortie le 3 décembre 2019

Agharta Studio nous présente ici une belle aventure de piraterie spatiale mêlant high-fantasy et science-fiction. Dans le tutoriel, vous remettez involontairement à l’antagoniste principal du jeu un artefact extrêmement puissant. Oops.

Stardust Odyssey s’éloigne du modèle traditionnel des jeux VR qui vous demandent de tendre les bras pour attraper des objets. À la place, le joueur est équipé d’une sorte de corde magnétique lui permettant d’établir son propre référentiel pour gérer les commandes du jeu. Je contrôlais l’accélération de mon vaisseau de la main gauche, poussant vers l’avant pour prendre de la vitesse et pointant vers différentes directions pour naviguer à travers chaque niveau. Piloter votre dirigeable de bois et de métal est alors un réel plaisir, et vous pouvez traverser sans peine une caravane de vaisseaux oubliés, libérant leurs trésors à l’aide de votre fidèle lasso.

Une fois accoutumé aux commandes de votre navire, vous pourrez utiliser des pouvoirs magiques pour foudroyer des drones hostiles ou créer un bouclier absorbant les dégâts reçus. Ces nouvelles capacités, combinées à la possibilité de vous abriter derrière d’autres vaisseaux pour éviter les scanners de détection ennemis, font de Stardust Odyssey une expérience riche et agréable que les joueurs devraient pouvoir finir en une dizaine d’heures, selon Agharta (sans tenir compte du temps requis pour terminer le contenu optionnel du jeu et déverrouiller les trophées).

The Room VR: A Dark Matter

Sortie début 2020

Adapté du jeu mobile récompensé du même nom et reprenant les principes de l’escape game, The Room VR éprouvera la logique des joueurs en les plongeant au cœur d’une enquête mystérieuse à la frontière du surnaturel.

Je n’ai jamais été complètement convaincu par le fait que les expériences de type « escape game » soient conçues pour être résolues par un groupe de personnes travaillant en collaboration. J’ai toujours eu l’impression, et peut-être à raison, que mon rôle dans cette situation se résume à « rassembler des indices » ou à « tester des solutions farfelues vouées à l’échec. » Les énigmes de The Room VR (en tout cas celles du premier niveau, que j’ai résolu en une quinzaine de minutes) sont suffisamment abordables pour qu’un peu d’inventivité et de tâtonnements m’aient suffi à déchiffrer le code sans trop de frustration.

J’ai cru comprendre que la suite du jeu était plus difficile, mais j’étais trop gêné pour continuer et buter sur les énigmes suivantes alors que d’autres personnes me regardaient, attendant leur tour. Je retenterai ma chance à la sortie de The Room VR, au début de l’année prochaine. Dans l’intimité de mon salon, cette fois, là où personne ne me jugera !

Pixel Ripped 1995

Printemps 2020

Voici un nouveau titre se déroulant six ans après le délicieux et décalé Pixel Ripped 1989, à l’aube de l’avènement des jeux en polygones. 1995 s’ouvre sur vous, jeune enfant, dans votre chambre aux murs tapissés de posters, éclairée par l’apaisante lueur de votre télévision cathodique, sur laquelle vous jouez à un jeu de plate-forme à défilement horizontal.

Évidemment, votre chère maman ne tarde pas à venir vous dire qu’il se fait tard. Vous devez éteindre la télé et aller vous coucher (aaaah, les parents…). Et bien sûr, comme tout gamer qui se respecte, vous rallumez la télé et reprenez le jeu dès que votre mère est endormie.

C’est là que ça devient intéressant : dans ce jeu dans le jeu, rencontrer certains obstacles déclenche un effet sonore très bruyant, qui réveille votre mère et, sans surprise, vous place en mauvaise posture. Si vous êtes assez rapide, vous pouvez attraper la télécommande et éteindre la télé avant qu’elle arrive. Ainsi, vous aurez encore une chance d’atteindre la fin du niveau. Si vous avez joué à 1989, vous vous doutez peut-être du twist intervenant dans le gameplay une fois le boss du niveau vaincu. Si ce n’est pas le cas, je ne vais pas vous spoiler (mais jouez vite à Pixel Ripped 1989, c’est génial).

Le style mordant de l’écriture et les clins d’œil astucieux feront sourire les joueurs vétérans (« Si les poulets dans ces murs pouvaient parler… »), et après la présentation du gameplay à défilement horizontal de Pixel Ripped 1995, étonnamment réactif, ce dernier se retrouve très haut sur ma liste de « jeux à surveiller de près » pour 2020.

Space Channel 5 Kinda Funky News Flash!

Printemps 2020

Déhanchez-vous avec l’emblématique Ulala dans ce retour en arrière, aux jours bénis de la Sega Dreamcast. Cette suite en VR, développée par Grounding. Inc., reprend ce qui a fait la force de la série : l’enchaînement de poses stylées pour vaincre de vils envahisseurs dans des battles de danse. Grâce au PS VR, il vous suffit désormais de baisser les yeux pour vous voir vêtu d’une tenue à faire rougir des galaxies entières.

En maniant deux manettes de détection de mouvement PlayStation Move, Ulala m’a fait découvrir le monde des émissions de danse. Il m’a fallu quelques minutes pour dépoussiérer mes articulations et m’habituer à l’extravagance du jeu, mais ensuite, j’ai continué à jouer avec un grand sourire. Ici, plonger, se pencher, tendre les bras vers le haut ou le bas et autres pas de danse sont les maîtres mots. D’ailleurs, je considère qu’Ulala est personnellement responsable de m’avoir fait dabber devant mes collègues…

Tous ces mouvements se révèleront utiles lorsque vous serez confronté à des hordes d’extraterrestres dansants. En enchaînant correctement les différentes poses, vous esquiverez les tirs des lasers ennemis. Pratique ! C’est extrêmement satisfaisant, surtout lorsque vous entendez l’agréable petit « ding » signifiant que votre esquive était parfaite. J’ai particulièrement aimé pouvoir tirer des lasers à mains nues sur mes ennemis chaque fois qu’un mouvement me faisait tendre les bras.

Aussi funky et rafraîchissant qu’à l’époque, le retour d’Ulala est parfait pour une bonne dose d’adrénaline. Les danseurs envahisseurs débarqueront au Printemps prochain.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?
Connectez-vous pour commenter
1 commentaires
0 réponses de l'auteur
1

The room vr pour ma part avec pixel ripper

Historique des modifications