PlayStation Blog en français

Découvrez comment l’ingénieur son Takafumi Fujisawa a créé le légendaire jingle de démarrage de la première PlayStation

0 0
Découvrez comment l’ingénieur son Takafumi Fujisawa a créé le légendaire jingle de démarrage de la première PlayStation

"Je voulais depuis le début procurer un sentiment d'excitation, comme ce que l'on ressent quand on entre dans une salle de cinéma"

Salut ! Je m’appelle Jeff Cork et je suis le rédacteur en chef de Game Informer. Oui, c’est chouette comme métier. J’ai la chance de voyager pour parler d’un loisir qui me passionne depuis mon enfance. Bien sûr, les jeux sont la partie émergée de l’iceberg, mais l’aspect le plus enrichissant pour moi est de pouvoir échanger avec les hommes et les femmes talentueux à l’origine de ces jeux. Et ce mois-ci, je dois dire que notre article à la une est certainement pour moi l’un des plus gratifiants qu’il m’ait été donné de faire dans toute ma carrière.

Comme vous le savez sans doute, nous fêtons aujourd’hui le 25e anniversaire du lancement de la PlayStation au Japon. C’est tout de même quelque chose, non ? Au départ, la tâche paraissait incommensurable et risquée : comment faire tenir plus de 25 ans de l’histoire de la PlayStation dans un seul numéro du magazine ?

Ces derniers mois, j’ai interviewé plus d’une douzaine des personnes qui ont contribué à faire de la PlayStation ce qu’elle est aujourd’hui, notamment Ken Kutaragi, Jim Ryan, Masayasu Ito, Shuhei Yoshida, Mark Cerny, Kazunori Yamauchi, Evan Wells, Ted Price, Angie Smets, Andy House, et bien d’autres encore ! Cela a représenté un immense travail, certes (je crois que je ne ferai plus de transcriptions pendant un petit moment au moins !), mais ce fut aussi un plaisir absolu.

Sur 24 pages, des employés de SIE d’hier et d’aujourd’hui partagent avec nous leurs anecdotes sur la PlayStation. Nous remontons à l’époque d’avant le lancement de la PlayStation 1, quand Nintendo et Sony développaient conjointement un lecteur CD-ROM pour la SNES, jusqu’à aujourd’hui et même au-delà. L’entreprise a appris des erreurs commises en cours de route, et ses employés ont dû relever de nombreux défis pour tout un tas de raisons. Mais il est également impossible de voir la trajectoire de la première PlayStation jusqu’à la PlayStation 4 sans compter les nombreux succès qui la jalonnent.

Je voulais donc profiter de ce billet pour partager avec vous mon entretien complet avec le concepteur sonore Takafumi Fujisawa. Voyez cela comme la version longue d’une conversation avec l’un des héros méconnus de la PlayStation. Si le nom de monsieur Fujisawa ne vous est pas particulièrement familier, vous connaissez certainement son œuvre. Vous vous souvenez du son qui retentissait au démarrage de la PlayStation 1, il y a 25 ans ? Ouaip. C’est lui qui l’a créé. Pour lire la suite de notre article à la une, rendez-vous sur gameinformer.com. Nous avons publié l’article dans son intégralité, alors prenez 5 minutes et faites-vous plaisir. Merci !

Comment vous a-t-on approché pour concevoir le jingle de démarrage de la PlayStation ?

Takafumi Fujisawa : Je faisais partie du projet PlayStation avant même que l’équipe ne soit formée officiellement. J’ai créé le jingle de démarrage parallèlement au développement matériel, quand le prototype a été fabriqué au printemps 1994. On m’a communiqué l’animation du logo (le « logo en mouvement » en japonais) et j’ai ajouté ma composition sonore par-dessus.

Quels critères deviez-vous respecter ? Étiez-vous limité à une certaine durée, par exemple ?

Il n’y avait pas de restrictions particulières en termes de durée, mais comme je faisais partie de l’équipe travaillant sur la puce audio, le micrologiciel et les outils de développement, j’étais déjà conscient des problèmes de polyphonie et des restrictions liées à la compression ADPCM, alors j’ai essayé d’en tirer profit. L’idée était de préserver l’image centrale de la PlayStation, quel que soit le type de haut-parleur dont dispose le téléviseur, sachant la variété qu’il peut y avoir dans le monde entier ! La seule contrainte que j’avais était la taille de la ROM disponible, j’ai donc tenté de la limiter au maximum.

Quelqu’un chez Sony vous a-t-il indiqué le type d’idées qu’il avait, ce qu’il voulait ? Par exemple, Ken Kutaragi est-il venu vous voir en sifflotant une mélodie ?

Non, mais j’aurais bien aimé qu’il le fasse ! (Rires). Non, j’ai eu un briefing global, mais la première démo a pratiquement été approuvée telle quelle. J’avais une deuxième version du jingle avec une voix chuchotant « PlayStation » en superposition (je m’étais enregistré moi-même), mais on avait trop l’impression que la console était en train de nous parler. On a donc opté pour la solution la plus orthodoxe et la plus simple au final.

Les notes d’ouverture me font penser à « Ainsi parlait Zarathoustra », de Strauss. C’est juste mon imagination, ou y a-t-il eu une quelconque inspiration ?

Je suis impressionné par votre bon goût. Et je suis très heureux si vous avez eu cette sensation. Je suis parti d’un son philharmonique et j’y ai ajouté une touche stylistique sonore plus ethnique au fur et à mesure que le son progresse. J’ai structuré ce jingle pour que l’auditeur ressente d’abord une certaine stabilité, puis une légère étrangeté. Ainsi, il crée une forte impression en commençant par une gamme tempérée, puis en développant une harmonie à l’intonation pure et originale.

Le jingle de démarrage semble presque passer d’un chapitre à un autre, comme s’il racontait une histoire. Il y a les notes d’ouverture, les cloches, puis le « swoosh » et, enfin, le final pratiquement éthéré. Est-ce un récit musical ? Et si oui, quelle était l’histoire dans votre esprit ?

Je voulais susciter l’excitation pour le jeu qui allait commencer juste après ce son. La musique débute doucement, pour ne pas surprendre l’utilisateur quand il allume sa console, puis évolue vers une mélodie originale et accueillante.

Mon idée était d’apporter un sentiment rassurant à l’allumage de la console, puis de passer à une phase d’excitation avec la dominante en do majeur, qui symbolise l’intention d’être au centre de quelque chose, la richesse des cordes arrive et la dernière partie offre des tons scintillants pour terminer sur le quatrième accord parfait.

Le but de ce jingle est de dire à l’utilisateur que sa console fonctionne normalement et que le disque est lu correctement.

Par ailleurs, le son « swoosh » inversé est conçu pour pouvoir être joué en boucle au cas où un problème de lecture de disque surviendrait. L’utilisateur comprend ainsi que quelque chose ne va pas.

Avez-vous trouvé ce jingle rapidement ou bien avez-vous dû réaliser beaucoup de versions ?

J’ai réfléchi à la structure, choisi les notes, rassemblé les divers instruments en 2 semaines et le travail en studio proprement dit n’a pas duré plus de 2 jours. Je voulais depuis le début procurer un sentiment d’excitation, comme ce que l’on ressent quand on entre dans une salle de cinéma. Je voulais vraiment communiquer et renforcer la sensation que quelque chose d’amusant allait se passer.

Avez-vous aussi travaillé sur les jingles de démarrage de la PlayStation 2 ou 3 ? Et si oui, avez-vous également des anecdotes à partager ?

Lors du passage à la PlayStation 2, l’équipe audio était déjà d’une taille conséquente, alors j’ai décidé de créer un concept et d’organiser un concours au sein de l’équipe.

J’ai finalisé les deux options qui avaient été retenues, et je me suis assuré que le quatrième accord soit renforcé, en faisant le moment clé de la série. Kutaragi-san nous avait parlé du concept visuel, tel un monolithe flottant dans l’espace avec la Terre en arrière-plan. J’ai utilisé une harmonie stable pour le quatrième accord afin d’exprimer la force simple et l’image d’un atterrissage depuis l’espace.

J’occupais le rôle de directeur du développement à l’époque de PlayStation 3, et le son a donc été créé par mon équipe. Je trouve que l’idée très bonne, avec l’orchestre qui monte comme pour exprimer le commencement de quelque chose.

C’est tout le charme de la conception sonore. On peut étudier la signification de l’hommage, de la supériorité et du contexte. Pour toutes ces raisons, la création de ce jingle de démarrage a été particulièrement enrichissante et excitante pour moi.