PlayStation Blog en français

Explorez l’ambiguïté dans Creaks, disponible cet été sur PS4

0 0
Explorez l’ambiguïté dans Creaks, disponible cet été sur PS4

Venez à bout de terribles créatures en vous servant de la lumière dans ce monde dessiné "à la main".

Salut à tous les joueurs de PlayStation ! Je m’appelle Radim, et mon équipe et moi travaillons depuis un petit moment déjà sur un jeu qui s’intitule Creaks. Avant qu’il ne débarque sur votre console dans quelques semaines, nous aimerions vous présenter le monde surnaturel dans lequel il se déroule et vous dévoiler comment nous l’avons créé.

Quand je dis « depuis un petit moment », je parle de huit longues années de développement. Tout a commencé avec un prototype de Creaks en Flash sur lequel je travaillais avec mon vieil ami Jan Chlup. À l’époque, on n’aurait jamais pu imaginer que notre projet, qui a attiré plus tard bon nombre de collaborateurs talentueux, deviendrait un jeu à part entière conçu sous Unity. Mais nous y voilà !

Que voyez-vous ?

L’imagination humaine est une chose merveilleuse et ambiguë. Bien souvent, lorsqu’on regarde un objet, nos yeux nous font croire qu’il s’agit de quelque chose de différent. Peut-être même parfois de plus terrifiant. Parfois, nous regardons le ciel et voyons des visages dans les nuages, et nous avons du mal à comprendre comment la personne à côté de nous peut ne pas voir la même chose.

La science a créé un mot magnifique pour ce phénomène qui consiste à « voir des choses » : la paréidolie. C’est l’une des pierres angulaires de notre jeu. Au bout de quelques minutes dans Creaks, vous tomberez sur d’étranges créatures aboyant dans les couloirs obscurs du manoir. Mais sont-elles aussi dangereuses qu’elles le paraissent ? Tentez de les piéger sous un rayon de lumière, et observez-les de plus près. Vous découvrirez peut-être qu’il s’agissait simplement d’une table de nuit. Changer ces créatures en objets ordinaires est un des mécanismes clés du jeu, comme le fait de tirer des leviers, d’appuyer sur des plaques sensibles à la pression ou de manipuler l’environnement pour prendre l’avantage sur vos ennemis.

Nous avons nommé ces étranges créatures polymorphes des « creaks ». Outre les observateurs qui ressemblent à des chiens en colère, vous en rencontrerez d’autres spécimens plus rares, chacun avec son propre comportement. Par exemple, un espion qui copie les mouvements du personnage principal. N’oubliez pas : évitez de toucher ces créatures sous leur forme animée, et tout se passera bien.

Le manoir

J’adore observer les bâtiments du voisinage et j’ai toujours été fasciné par l’idée d’un monde gigantesque et inexploré se cachant sous terre. L’histoire de Creaks se situe dans un étrange manoir imposant. Son côté mystique vous effraiera peut-être au départ, mais une fois que vous aurez pris le temps d’explorer ses moindres recoins, vous découvrirez qu’il est plutôt magique, varié, et peuplé d’oiseaux paisibles et de créatures terrifiantes.

Cette demeure qui grince est divisée en cinq parties, chacune avec son atmosphère et son histoire. Le grenier, où vous passerez sûrement vos deux premières heures, est le lieu le plus rudimentaire. Des déchets sans utilité jonchent son sol et, comme il s’agit de l’entrée du manoir, des observateurs le protègent en aboyant. Les tours, quant à elles, abordent le thème de la conscience profonde et font réfléchir sur l’univers. L’ennemi de cette zone est plus tranquille.

Quand j’ai commencé à travailler sur l’aménagement du manoir et ses niveaux, j’ai travaillé de manière peu pratique. J’ai commencé par dessiner les premiers éléments d’arrière-plan à l’encre sur plusieurs pages A4 que j’ai numérisées à l’aide d’un scanner vieillot. Un arrière-plan nécessitait jusqu’à 10 pages que je recollais à l’aide d’un logiciel. Comme vous l’avez sûrement compris, ce n’était pas la méthode la plus efficace… Alors, j’ai mis de côté pour m’acheter un scanner A3 beaucoup plus efficace. Mais…

aussi ridicule que ça puisse paraître, ce nouveau scanner était beaucoup trop efficace. Par rapport à mon ancien scanner, celui-ci gommait les imperfections. Il éliminait la texture naturelle du papier qui, pour moi, était un élément essentiel de mes dessins. Alors, j’ai repris mon vieux scanner même si ça signifiait devoir numériser deux fois plus d’images pour obtenir l’effet désiré. Ce n’était rien comparé au fait que je devais dessiner chaque image trois fois. Une première fois de manière numérique sur mon ordinateur, puis je devais l’imprimer et la dupliquer à l’aide d’un stylo et de papier translucide pour enfin la redessiner à l’aide d’un crayon et d’aquarelles. Ensuite, je colorisais et collais le tout en post-production numérique.

Les peintures

Je m’occupais de la majorité de la partie artistique de l’environnement, mais c’est mon ami Jan, dont j’ai parlé plus haut, qui s’occupait des peintures à collectionner. Elles sont disséminées dans tout le manoir. Certaines sont cachées dans des pièces secrètes, ce que les chasseurs de trophées devraient apprécier. Ces peintures sont comme des fenêtres, des objets qui, métaphoriquement, vous permettent de voir l’extérieur de votre grotte. Elles vous en diront plus sur l’histoire de ce monde ainsi que sur les rêves, désirs et légendes de ses habitants aviaires.

Les premiers brouillons de peintures créés par Jan pour Creaks avaient un côté encore plus surnaturel que les peintures finales que vous découvrirez dans le jeu. Avec le temps, il a incorporé davantage de poésie et d’histoire de l’art, notamment des 18e et 19e siècles. Avec le temps, nous avons accumulé les idées pour ces peintures et essayé de nous en servir pour construire la mythologie du monde. Nos concepts venaient de plein d’endroits différents : il pouvait s’agir d’échos visuels de films, de livres ou même d’événements du quotidien auxquels Jan pensait. Parfois, ils s’inspiraient de vraies peintures historiques. En terme d’esthétique, nous voulions garder un aspect mécanique, même si Jan les peignait à l’huile sur toile avant de les numériser et de les animer via un logiciel.

On s’attend généralement à ce que les peintures soient statiques, mais c’est une chose que nous voulions améliorer. Nous avons commencé par ajouter une petite ficelle à ces peintures. Quand vous tirez cette ficelle, la peinture prend vie et s’anime en musique. C’est là que nous avons imaginé des portraits de musiciens jouant des instruments bizarres, et nous avons la chance d’avoir au sein de notre équipe le compositeur et multi-instrumentiste écossais Joe Acheson, alias Hidden Orchestra (Orchestre caché). Sa musique donne véritablement vie au monde du jeu.

Ajouter de la musique à ces peintures était une première étape, mais nous voulions davantage d’interactivité. Nous voulions que les joueurs puissent jouer avec. Alors 11 d’entre elles sont devenues des mini-jeux, qu’il s’agisse de petites énigmes liées de près à ce qui se passe dans le manoir ou un mini-jeu de combat d’épées avec deux chevaliers.

Regardez de plus près la peinture intitulée Meadow Song qui apparaît dans le jeu.

Le secret

Dès que vous commencerez à jouer à Creaks, vous aurez l’impression qu’il se passe quelque chose d’inhabituel sous la petite chambre du héros. Il me tarde que vous puissiez explorer ce petit univers étrange que nous avons créé et j’espère que vous prendrez plaisir à explorer les moindres recoins du manoir, à résoudre les énigmes et à tenter de découvrir ce qui cause tout ces dégâts. Je vous laisse découvrir tout ça par vous-même.