Yakuza: Like a Dragon – Rencontrez les héros de demain

0 0
Yakuza: Like a Dragon – Rencontrez les héros de demain

Précommande maintenant disponible

Salut à tous, je m’appelle Masayoshi Yokoyama. Je suis scénariste, directeur du son et membre de la production de tous les jeux Yakuza de la série principale depuis le premier Yakuza en 2005. À partir de Yakuza 5, j’ai aussi été le producteur en chef de la série, et cela inclut le prochain Yakuza: Like a Dragon.

L’univers de la série Yakuza repose sur la richesse de ses personnages et en changeant le héros, nous avons dû revoir toutes les bases. Kazuma Kiryu était le genre de personnage qui n’avait foi qu’en ses propres capacités et il fonçait très souvent tête baissée contre ses ennemis. Mais quand Ichiban Kasuga (le héros de Yakuza: Like a Dragon) se retrouve dans la même situation, ce n’est plus du tout la même chose.

Ichiban manque de logique, d’efficacité et il est contre-productif, mais ces traits-là seront peut-être plus faciles à percevoir pour un public japonais. C’est un « yakuza droit qui fonctionne à l’ancienne » selon son humeur, ses émotions, son côté humain et son cœur.

D’un certain côté, il est un peu comme Kazuma Kiryu, sauf que par rapport à Kiryu qui gardait la tête froide (ou au moins, tentait de se contrôler) en toute situation, Ichiban Kasuga est plus excessif, peu flatteur et beaucoup moins réservé dans sa façon de parler et d’agir.

C’est un principe assez japonais, toutefois de nombreux personnages dans le jeu sont plutôt du genre yakuza à « parler le dos tourné ». En gros, s’ils peuvent agir au lieu de parler, alors ils préféreront se passer de beaux discours. Mais Ichiban, lui, préfère plutôt les face-à-face et tenter de négocier.

Ichiban est héroïque et charismatique, mais il n’est pas surpuissant comme Kiryu. Il est tout en bas de l’échelle en ce qui concerne sa réputation et son influence au sein du syndicat du crime. Donc pour qu’Ichiban puisse s’opposer à des personnes puissantes, il va avoir besoin d’alliés. Contrairement à Kiryu, Ichiban est un personnage qui aime parler, rire et s’amuser. Son charisme est totalement à l’inverse de Kiryu et du coup, il attire plutôt les gens. Avant même qu’il ne s’en rende compte, des personnes intéressées par lui parce qu’elles partageaient les mêmes intentions vont vite devenir des alliées et faire partie de son « groupe ». Ensemble, ils affronteront de puissants adversaires.

Afin de refléter les changements qu’Ichiban Kasuga apporte au jeu, nous avons dû changer radicalement le système de jeu, incluant aussi les combats et les mini-jeux à travers la ville. En d’autres termes, en remplaçant Kazuma Kiryu par le nouveau héros Ichiban Kasuga, nous avons dû apporter des changements considérables dans tout le jeu et reconstruire de nouvelles bases.

Ce changement de héros a été une grande chance pour toute l’équipe de développement qui a travaillé sur la série pendant 15 ans avec 13 jeux à son actif. Cela nous a permis d’explorer de nouvelles pistes.

Masumi Arakawa est un homme qui est victime de son époque. Il chérit les fidèles traditions que la pègre japonaise entretient depuis toujours, où les hommes abandonnés par leur famille entrent alors dans un système patriarcal où ils sont adoptés comme des fils. Après avoir été forcé de se séparer de ses proches, c’est de cette façon que Masumi Arakawa est lui-même devenu un yakuza.

C’est pourquoi Arakawa traite les autres membres yakuza comme ses propres fils, mais la situation se complique de manière inattendue avec son vrai fils Masato. Jusqu’où va-t-on quand on est du même sang ? Jusqu’où va-t-on quand on est de la même famille ? À quel point peut-on faire confiance aux autres ? Ce personnage est justement là pour tenter de répondre à ces questions.  Pour moi, Masumi Arakawa représente « l’autre » héros du jeu. D’ailleurs, l’histoire commence avec lui.

Quand j’ai inventé ce groupe, l’idée était de créer des personnages qui s’associeraient naturellement avec Ichiban Kasuga et l’environnement de Yokohama.

C’est quelqu’un de charmant, mais elle est aussi très adaptable et peut vite changer d’avis. Elle aurait peut-être eu une vie semblable à celle d’Ichiban si elle avait grandi dans le même environnement que lui. Je la vois un peu comme le reflet d’Ichiban dans un miroir.

Comme Ichiban, c’est un personnage assez curieux. Elle n’abandonne jamais un ami en détresse et elle ne peut pas s’empêcher de faire ce qui est juste, même si cela va lui attirer des ennuis. Afin de tirer avantage de sa personnalité, ses emplois et ses capacités contribuent à « venir en aide au groupe ».

En raison du scénario, il fallait intégrer un sans-abri dans l’histoire donc au début, il a simplement été créé à des fins narratives. Mais au final, il va devenir la deuxième personne qui sauve la vie d’Ichiban Kasuga.

En réalité, les sans-abri que l’on voit dans l’histoire se font rares au Japon car ils sont de plus en plus nombreux à occuper plutôt les infrastructures d’assistance publique ou les cyber/manga cafés comme logement principal.

Mais dans l’histoire, Ichiban Kasuga était au bord de la mort et il fallait qu’il rencontre des personnages qui allaient l’aider à remonter la pente grâce à leur force d’adaptation, même en ayant vécu dans des conditions bien pires que celles qu’il avait lui-même subies. Et c’est pour ça que j’ai créé Nanba.

Je trouvais que c’était important que l’âge des personnages du jeu soit réaliste. En dépit de leur âge, les personnages dans les œuvres de divertissement japonais ont des personnalités d’adultes et lorsque ces œuvres deviennent, par exemple, des adaptations cinématographiques, la plupart des acteurs ont tous 10 ans de plus que leurs personnages. Il y a, en général, un fossé qui se creuse entre le contexte et ce qu’on voit.

Et c’est ce que je voulais explorer dans le jeu. Après avoir bien réfléchi sur la façon d’être des personnes qui ont vraiment 42 ans, j’ai eu l’idée de créer le personnage d’Adachi qui va sur ses 60 ans.

Au Japon, de nombreuses entreprises et les services publics ont établi l’âge de la retraite à 60 ans. Mais en réalité, peu de personnes partent à la retraite à cet âge-là, et par rapport à il y a 20 ans, les personnes âgées sont en bien meilleure forme. Beaucoup de gens approchent les 60 ans continuent à vivre et à jouir de la vie : ils se soucient guère de « l’âge de la retraite » établi par quelqu’un d’autre et ont bien l’intention de continuer à faire ce qu’ils veulent. Adachi est un personnage qui représente ces personnes âgées « actuelles » et j’ai trouvé qu’il serait le partenaire de voyage idéal pour Ichiban.

Dans l’histoire, Adachi est enquêteur et il rencontre Ichiban en tant que yakuza, mais lorsque leurs étiquettes respectives s’envolent, il va devenir un membre important de l’équipe en tant qu’organisateur et joyeux luron.

Personnellement, je ne voulais pas qu’Adachi soit perçu par son métier d’enquêteur, mais plutôt comme le genre d’amis que l’on veut avoir à tout prix à ses côtés. Et je trouve qu’il remplit ce rôle à merveille.

En partant des personnages jusqu’au système de jeu, tout a été retravaillé. Mais le jeu conserve tout de même son identité « Yakuza », et cela nous a d’ailleurs vraiment tous surpris. C’est un ressenti difficile à exprimer verbalement, et même une bande-annonce ne parvient pas forcément à retranscrire ce sentiment et en tant que producteur, je trouve cela très frustrant. Mais en tant que créateur, c’est vraiment quelque chose d’excitant et lorsque vous jouerez au jeu, je pense que vous comprendrez de quoi je parle.

Les RPG ne se limitent pas forcément aux épées ou à la magie et j’ai utilisé ce genre comme un merveilleux outil narratif abordant les thèmes de l’amitié. Avec les changements qu’apporte le nouveau héros Ichiban Kasuga, une page va se tourner dans la vie des joueurs qui vont découvrir le jeu et nous pensons vraiment qu’ils vont profiter de la meilleure expérience du jeu qui soit. Nous espérons que vous vivrez une aventure épique aux côtés de ce nouveau groupe de personnages hauts en couleur !