Resident Evil Village : Faites connaissance avec les 3 filles de Lady Dimitrescu

2 0
Resident Evil Village : Faites connaissance avec les 3 filles de Lady Dimitrescu

Les sources d'inspiration et "l'horreur sublime" menant à la création du trio des femmes fatales Bela, Cassandra et Daniela.

Quand Alcina Dimitrescu (alias « la grande dame aux dents longues ») a été introduite dans le monde avant la première présentation de Resident Evil, cette femme fatale de près de trois mètres de haut a fait chavirer les cœurs des fans, atteignant ainsi de nouveaux sommets de séduction dans Resident Evil Village. (Littéralement.) En revanche, elle n’est pas la seule à habiter au château Dimitrescu. Les trois filles fatales d’Alcina vivant également dans le château sont jusqu’à présent assez méconnues. Il est donc temps de percer ce mystère en mettant en lumière Bela, Cassandra et Daniela. (Avec une lumière tamisée, tout de même. Elles se sentent plus à l’aise dans l’obscurité.)

Pour en savoir plus, nous avons demandé au directeur du jeu Morimasa Sato et au directeur artistique Tomonori Takano de nous parler de la conception de ces trois personnages, notamment ce qui a inspiré leur création, les concepts à l’origine de leur design, leur obsession pour le « sang masculin » et le sort réservé à ceux qui pénètrent, pour la première et dernière fois, dans le sinistre château Dimitrescu.

Lady Dimitrescu a su attirer toute l’attention des fans sur elle lors du pré-lancement du jeu. Comment a réagi l’équipe des développeurs face à un tel enthousiasme ?

Sato : Lors de sa création, l’équipe avait à cœur de créer un personnage très charismatique, mais nous ne nous attendions absolument pas à un tel engouement des fans pour elle. Toute l’équipe de développement a été très surprise par la réaction du public.

Concept art pour Alcina Dimitrescu, avec palettes de couleurs

La garde-robe de Lady D s’inspire du style vestimentaire des années 60. Mais qu’est-ce qui a inspiré le style de mode de ses filles ?

Takano : Leurs robes et chaussures font aussi référence au style des années 60. En revanche, lorsque nous avons conçu le style de la famille dans sa globalité, nous voulions que Dimitrescu sorte vraiment du lot. Par conséquent, nous avons habillé ses filles avec des vêtements noirs plus orthodoxes qui évoquent ce que porteraient des sorcières traditionnelles. En regardant de plus près les motifs de leurs robes, on peut distinguer des motifs floraux finement brodés, reflétant les armoiries familiales des Dimitrescu.

Concept art pour les filles Dimitrescu

Pourquoi les concepteurs ont-ils arrêté leur choix sur trois filles ?

Sato : Lors de la conception de chaque endroit du village, nous suivions un thème central, un axe. Pour la section du château, le thème était de recréer une « horreur sublime ». Nous avons donc eu l’idée d’introduire plusieurs filles, toutes ayant l’air complètement détraquées. À partir de là, nous avons conçu l’environnement où chacune vivrait dans un endroit différent du château. Après avoir effectué de nombreuses simulations pour déterminer leur nombre et combien de fois Ethan les croiserait, nous en avons conclu que trois d’entre elles offriraient un bon équilibre de jeu. C’est ainsi que sont nées Bela, Cassandra et Daniela.

Comment avez-vous trouvé les idées pour développer le vécu de chaque fille ?

Sato : Le thème général que nous avions en tête, c’était de rechercher comment une femme antagoniste pourrait être séduisante, mais abominable. C’était vraiment notre objectif à accomplir dans l’ensemble. Nous voulions aussi que les joueurs puissent les différencier à chaque fois que l’une d’entre elles pourchasserait Ethan. Nous avons donc apporté des variations sur leurs apparences, mais nous leur avons aussi donné des personnalités différentes.

Quelle est la fille qui sera la plus grande menace pour Ethan ?

Sato : Elles sont chacune tout autant redoutables. Leur personnalité apportera un sens du danger et de l’horreur différent. Chacune d’entre elles offre son propre mélange d’horreur et de séduction, donc ce sera au joueur de décider laquelle correspondra le mieux à ses préférences dans le genre du survival-horror.

Est-ce que les filles ont tendance à être jalouses l’une de l’autre ?

Sato : Les filles estiment beaucoup leur mère, Alcina Dimitrescu, et l’aiment de tout leur cœur. En ce sens, on peut dire qu’elles entrent en compétition à ce niveau-là pour gagner les faveurs de leur mère.

En quoi les filles sont-elles adaptées à l’univers de Resident Evil ?

Sato : Elles offrent une expérience d’horreur psychologique avec des personnalités maniaques, mais aussi une expérience d’horreur visuelle en affichant des corps anormaux, composés d’un amoncellement de divers insectes. Je pense qu’un antagoniste se doit de posséder ces deux facettes, mentales et physiques, des facteurs de peur, pour être vraiment digne d’être un ennemi dans l’univers de Resident Evil.

Comment les filles représentent-elles parfaitement l’aspect du survival-horror dans Resident Evil Village ?

Sato : Puisqu’elles sont constituées de multiples insectes, les attaques normales n’ont aucun effet sur elles. Le joueur devra faire preuve de stratégie pour trouver un moyen de les vaincre. À mon avis, cet élément de combat stratégique et de réflexion, associé à la lutte désespérée pour survivre, s’intègre parfaitement au monde de Resident Evil Village.

Les filles évoquent les vampires classiques d’horreur gothique. Comment avez-vous réussi à marier l’horreur gothique avec l’horreur moderne ?

Sato : La plupart des ennemis qui apparaissent dans Resident Evil Village s’inspirent de nombreux personnages que l’on retrouve dans l’horreur gothique ou classique. Néanmoins, pour avoir leur place dans l’univers de Resident Evil, il fallait impérativement que les filles soient « vivantes ». Même si quelque chose paraît surnaturel, il existe quand même une certaine explication scientifique pouvant expliquer ce qui se passe. Cette approche n’est pas réservée à Resident Evil Village, c’est plutôt une thématique dans toute la série et nous nous sommes assurés de préserver cela. En travaillant sur le scénario et le jeu dans son intégralité, nous avons porté une attention toute particulière à cet aspect.

En quoi les concepts d’origine des filles divergent par rapport à leurs apparences et leurs actions dans le jeu final ?

Takano : Puisque l’idée d’origine était d’en faire des vampires classiques, les premières ébauches dépeignaient des ennemies qui buvaient du sang pour devenir puissantes. Nous avions également comme idées de les momifier progressivement si elles venaient à manquer de sang. Le concept était intéressant, mais il apportait un étrange effet comique aux personnages, donc nous n’avons pas poursuivi cette idée.

À partir de là, nous voulions les faire voler dans les airs avec des ailes qui sortiraient de leur tête. Ce concept a été repris pour d’autres ennemis que l’on voit dans le jeu. Toutefois, l’un des objectifs que nous devions accomplir était de s’assurer que les filles aient la carrure des « boss ». Mais en fait, même ce concept a été abandonné car il nous fallait faire une différence plus percutante entre elles et les ennemis plus ordinaires.

L’un des premiers concepts concernant les filles qui a tenu le coup jusqu’à la fin, c’était qu’elles ne puissent pas être vaincues par des moyens ordinaires, donc nous avons finalisé leur design en les représentant comme un essaim d’insectes.

Quelles sont les émotions que vous voulez obtenir lorsque les joueurs tomberont sur elles ?

Sato : Lors de leur enquête dans le château, je veux que les joueurs se disent : « Pourvu que je ne tombe pas sur elles ». Ensuite, j’espère qu’ils ressentiront tout un tas d’émotions conflictuelles. Si certains joueurs pensent quelque chose du genre « Elles sont fortes et effrayantes… mais belles », alors nous aurons accompli ce que nous recherchions ici.

Pouvez-vous partager quelques détails des coulisses de divers éléments de leur conception ou de leurs versions en cours de développement ?

Takano : Nous avons expérimenté des tonnes de choses différentes lors de l’étape initiale du développement. À un moment, nous les avions équipées de ciseaux géants. Dans un autre design, elles avaient de longues langues ressemblant à des sangsues. Et dans un autre design, elles maniaient le fouet.

Concept de développement pour les filles

Et puis, elles n’ont pas toujours été seulement trois lors du processus de développement. Nous avions imaginé plusieurs dizaines de sœurs vivant dans le château et prêtes à se jeter sur Ethan pour son sang. Mais après plusieurs essais et échecs en testant le rythme du jeu, nous avons décidé au final que la famille Dimitrescu serait composée d’Alcina Dimitrescu et de ses trois filles. Petite anecdote : la famille Dimitrescu a soif de sang masculin uniquement, et vous trouverez les pauvres hères, tombés sous leur charme, crucifiés à l’extérieur du château Dimitrescu.


Un immense merci à M. Sato et M. Takano d’avoir pris le temps de nous offrir ces précieux détails sur le monde de Resident Evil Village ! Si vous souhaitez vous familiariser davantage avec la famille Dimitrescu, pourquoi ne pas aller visiter vous-même le château Dimitrescu ? Resident Evil Village sort dès demain sur PlayStation 5 et PlayStation 4 !

Les commentaires sont désactivés.

2 Commentaires

  • Test sur JVL 14 / 20
    Test sur JVL 7/10
    Dans les 2 test on y retrouve surtout :
    -Trop d action
    -Ne fait plus peur ou pas assez

    Ce qui faisais l ADN de résident evil c est fini , on s eloigne des origines comme des mécaniques .
    Dommage tant de battage depuis des mois avec des démos pour ça au final
    Comme Returnal c est peut être un Rogue like Mais la difficulté reviens toujours dans les coms de ceux qui y jouent on y vois aussi la moquerie des bebetes de service qui se rient de ce qui mettent en avant ce fait de manière grossière et insultante .

    Bon les jeux PS5 c est pas encore ça.

  • Pas relu , test Gamekyo 7/10