Découvrez le jeu qui mélange les genres, Mayhem Brawler : quand un jeu de cartes rencontre le défilement horizontal

0 0
Découvrez le jeu qui mélange les genres, Mayhem Brawler : quand un jeu de cartes rencontre le défilement horizontal

Cette lettre d'amour pour les beat 'em up des années  90 sort demain sur PS4.

Bonjour tout le monde, je suis Emre Sağırlar, le community manager de Hero Concept. Notre dernier jeu, Mayhem Brawler, sort demain, et je souhaitais évoquer le processus de développement du projet, son évolution, et l’approche novatrice du studio par rapport à ce genre classique. Allons-y !

Découvrez le jeu qui mélange les genres, Mayhem Brawler : quand un jeu de cartes rencontre le défilement horizontal

Aspect bonus manquant

Mayhem Brawler est un jeu de beat ’em up sur le thème de la fantasy urbaine, avec un style artistique inspiré des comics. Mais ça n’a pas toujours été le cas. À l’origine, notre projet était de créer un jeu de cartes à échanger digitales. Nous voulions créer un univers de fantasy urbaine autour du thème des super-héros, et y ajouter des histoires diverses depuis différentes perspectives. Les jeux de cartes à échanger sont célèbres pour leur lore foisonnant contenant divers lieux, personnages, créatures, et bien plus. C’était donc le genre idéal pour créer notre monde.

Mais finalement, l’équipe s’est rendu compte que faire de tous les éléments de cet univers riche un tout harmonieux, et assurer l’équilibrage indispensable pour un jeu de cartes, demanderait beaucoup de temps. Mais nous avions déjà créé beaucoup d’éléments, et une idée nous est venue : pourquoi ne pas adapter ces éléments dans un style classique de beat ’em up à défilement horizontal ?  Grâce à notre monde, à nos personnages et à notre style artistique inspiré de comics, de jeux beat ’em up classiques et de romans intemporels, l’équipe a réussi à introduire de nouveaux éléments au genre. 

Même si nous nous sommes inspirés de jeux beat ’em up classiques, notre histoire s’éloigne de la formule vue et revue du sauvetage de petite copine/fille kidnappée. À la place, les joueurs incarneront les meilleurs officiers métahumains dotés de superpouvoirs de l’agence de maintien de l’ordre Stronghold. Vous, et jusqu’à deux amis en mode multijoueur local, patrouillerez les rues de Mayhem City pour venir en aide à ses résidents. 

Le thème de la fantasy urbaine nous a offert des opportunités pour créer des sbires et des boss variés, comme des sorciers qui se retrouvent pour accomplir des rituels terrifiants, des vampires qui dirigent des mégacorporations pour mener à bien leurs actes malveillants, des lycanthropes qui vivent au milieu des humains pour venir à leurs fins, ou encore des majins venus d’une autre dimension simplement pour faire la fête. La surprise et la joie des joueurs bêta face aux créatures fantastiques rencontrées nous ont rassuré dans l’idée que les choix réalisés pour ce projet allaient dans la bonne direction. Nous sommes fiers du monde que nous avons créé, et l’idée de créer à l’avenir un véritable jeu de cartes à échanger reste d’ailleurs bien d’actualité.

Le marcheur choisit-il le chemin, ou le chemin le marcheur ?

La quantité de lore écrite pour l’univers de Mayhem nous a permis de créer un périple dans le style de « l’aventure dont vous êtes le héros ». 

Grâce à un système de progression labyrinthique, l’histoire propose trois fins très différentes. Au total, l’histoire est composée de douze niveaux, mais les joueurs réaliseront sept patrouilles par playthrough, et devront faire des choix à la fin de chaque niveau. Ce sont ces choix qui détermineront la fin à laquelle sera confronté le joueur. Chaque niveau est différent des autres, avec des lieux, des histoires, des ennemis et un boss uniques. Par exemple, les joueurs peuvent terminer le jeu sans rencontrer un seul sorcier. Nous espérons que les joueurs pourront ainsi profiter d’expériences uniques et multiples, vivre des histoires distinctes, affronter divers ennemis, et découvrir de nombreuses références de pop culture. Logiquement, cela permettra également d’enrichir l’expérience en rejouant.

Connaissez votre ennemi et exploitez ses faiblesses

Nous avons emprunté aux RPG la mécanique de combat d’altération d’état. Nos officiers peuvent utiliser des capacités à la fois offensives et défensives. En plus d’améliorer le potentiel de combo pour les joueurs, ces compétences peuvent également appliquer des altérations d’état aux ennemis, comme le Saignement (qui inflige des dégâts supplémentaires à la cible) ou l’Exposition (qui diminue la résistance de l’adversaire). Les armes que vous ramasserez au fil de votre patrouille (pieds de biche, couteaux, pistolets) pourront aussi, selon leur type, appliquer ces altérations d’état. En utilisant la bonne altération sur le bon ennemi, vous infligerez plus de dégâts, terminerez les niveaux plus rapidement et obtiendrez des scores plus élevés. Mais attention : les sbires de Mayhem City peuvent eux aussi posséder des capacités spéciales ou des armes qui infligeront des altérations d’état à nos officiers !

From Istanbul with love

L’équipe a travaillé sur ce projet avec assiduité pendant deux ans. Les joueurs qui connaissent nos jeux précédents, Doughlings: Arcade et Doughlings: Invasion, savent sûrement que nous adorons les classiques intemporels de l’histoire du jeu vidéo. Il était sûr que nous finirions par développer un jeu beat ’em up. Nous avons fait de notre mieux pour qu’il soit à la fois nostalgique et novateur, pour les vétérans de l’arcade comme pour les novices. Le jeu sort demain, jeudi 19 août, sur PS4 (et est jouable sur PS5). Les voix anglaises sont accompagnées de textes (sous-titres et interface utilisateur) en chinois, français, allemand, italien, japonais, coréen, portugais, russe, espagnol et turc. 

Au nom de tout Hero Concept, j’espère que Mayhem Brawler vous plaira ! C’est l’heure de votre patrouille.