Ghost of Tsushima : la musique de l’île d’Iki

0 0
Ghost of Tsushima : la musique de l’île d’Iki

Comment Sucker Punch Studios a collaboré avec des musiciens du monde entier pour créer une bande-son époustouflante

Chad Cannon (gauche) Bill Hemstapat (droite) photo par Justin Fields

Cela a été un grand plaisir de retrouver Chad Cannon pour composer d’autres morceaux pour l’île d’Iki, le nouveau territoire inclus dans Ghost of Tsushima: Director’s Cut. Chad et moi avions travaillé main dans la main en arrangeant et en orchestrant les « Tsushima’s Suites » de Shigeru Umebayashi pour la sortie originale du jeu, et j’ai vraiment apprécié de collaborer avec lui. Comme c’était le cas pour la bande-son originale, nous avons eu la très grande chance de disposer de certains des meilleurs musiciens du Japon, de Chine, de Nashville et de Los Angeles pour créer ces nouveaux morceaux. Beaucoup de ces individus talentueux seront entendus dans cet article et parleront de leurs performances et des instruments utilisés lors des enregistrements. Nous espérons que découvrir les coulisses de la bande-son du jeu vous plaira.

Un regard approfondi sur Jin Sakai

L’histoire de l’île d’Iki se focalise sur un chapitre traumatisant du passé de Jin Sakai. En gardant cela à l’esprit, nous voulions nous assurer que la musique reflète le cœur du personnage de Jin.

IIan Eshkeri a composé un morceau incroyablement émouvant et iconique pour le thème de Jin. Ce morceau est une sorte « d’appel à l’aventure » pour les joueurs du jeu original, un signal visant à pousser les joueurs à se plonger dans le monde du jeu et à entamer leur voyage pour devenir Le fantôme aux côtés de Jin. Avec l’histoire de l’île d’Iki, Chad et moi-même avons senti qu’il était possible d’ajouter de nouvelles dimensions au personnage de Jin Sakai en explorant de nouvelles façons d’adapter le thème génial composé par IIan.

Le morceau « The Tale of Clan Sakai» est le résultat de cette exploration musicale et représente Jin, son père et les autres samurais du clan Sakai. Ce morceau illustre le bagage émotionnel que Jin doit porter, d’abord parce qu’il est le dernier samurai de Tsushima, mais aussi parce qu’il est le dernier membre du clan Sakai.

Pour ce morceau, nous avons utilisé un Biwa, un instrument utilisé par IIan dans « Heart of the Jito » dans le jeu d’origine. Cependant, nous utilisons un Iwa fidèle au style Chikuzen pour cette version du thème de Jin, et non pas un Biwa du style Satsuma qui est beaucoup plus connu. Le Biwa-Chikuzen était traditionnellement employé par les moines bouddhistes et non par les samurais. Les moines s’en servaient pour conter des histoires et mener des cérémonies et non pour s’entrainer à suivre une certaine discipline.

Chad :

« Bill et moi étions très enthousiastes à l’idée de collaborer avec Cyouka Ogata, une joueuse de Biwa-Chikuzen venu de Fukuoka. Ogata Sensei était aussi très heureuse de participer à la composition de la bande-son de Tsushima, puisqu’il a grandi près des sites d’invasions mongols. Elle nous a fait découvrir ses instruments lors d’une session Zoom et a ensuite travaillé avec nous pendant deux mois en nous envoyant des extraits de ses interprétations musicales, de ses essais, etc. Regardez sa vidéo ! Elle a joué le thème de Jin Sakai sur les plages de Hakata où certains des affrontements contre les Mongols se sont déroulés ! »

Ghost of Tsushima : la musique de l’île d’Iki

Une approche musicale rustique

La version fictive de cette époque féodale où nous découvrons l’île d’Iki dans Ghost of Tsushima nous fait découvrir un monde sans lois où pillards et criminels sont légion. Et les habitants de l’île constituent un mélange de pêcheurs, de pirates et de voyageurs qui se gouvernent eux-mêmes. Ce désordre ambiant était une source d’inspiration pour Chad et moi et nous voulions que la musique reflète l’aspect rustique de ce lieu. Par conséquent, nous nous sommes penchés vers une composition plus folklorique qui se focalisait sur les idiomes musicaux japonais traditionnels. En substance, nous voulions parvenir à faire quelque chose de plus « sauvage » – faute d’un meilleur mot pour décrire notre approche – que dans la version originale de Ghost of Tsushima.

Lightning in the Storm et Eternal Blue Sky sont deux morceaux que vous entendrez systématiquement en parcourant l’île d’Iki et qui illustrent cette approche rustique. Dans ces morceaux, vous pouvez entendre les instruments folkloriques japonais joués par Kinya Sogawa, Yutaka OYama et Akemi Yamada. Ils jouent respectivement du Shakuhachi, du Tsugar-Shamisen et du Koto.

Comme vous le savez peut-être depuis la sortie du jeu original, le Shakuhachi produit certaines des sonorités les plus iconiques de la musique japonaise traditionnelle.

Ghost of Tsushima : la musique de l’île d’Iki

Les performances d’Oyama-san au Tsugaru-Shamisen peuvent être entendues dans la zone du Refuge de Fune, où le joueur passera du temps à tisser des liens avec les habitants d’Iki.

Ghost of Tsushima : la musique de l’île d’Iki

And lastly, the opening statement from “Lightning in the Storm” features a Koto solo that serves as the theme of Iki Island.

Enfin, les premières notes de « Lightning in the Storm » incluent un solo de Koto qui sert de thème principal pour l’île d’Iki.

Ghost of Tsushima : la musique de l’île d’Iki

C’était un honneur de travailler avec ces musiciens de talent pour les « Tsushima’s Suites » de Shigeru Umebayashi et nous étions très enthousiastes de réitérer cette collaboration pour l’extension mettant en scène l’île d’Iki. Malheureusement, la pandémie mondiale a représenté un obstacle majeur pour enregistrer les performances de musiciens basés de l’autre côté de l’Océan pacifique avec un décalage horaire de 16 heures. De ce fait, nos processus d’enregistrement n’ont pu être effectué que grâce à une collaboration entre les ingénieurs du son basés à Tokyo, Mary Shinohara et Yuhi Kawamura (qui ont travaillé sur le jeu original), Rio Sato de Plugnote (traductions et services de vidéo-conférence) et les ingénieurs du son du PlayStation Studios, Kellogg Boynton et James Probel. Grâce à ces efforts combinés, nous sommes parvenus à collaborer efficacement et en toute sécurité.

​​

Ghost of Tsushima : la musique de l’île d’Iki

Un nouvel antagoniste mystérieux

Une nouvelle histoire implique l’arrivée d’un nouvel antagoniste : Ankhsar Khatun,ou « l’Aigle. » Chad a trouvé une identité musicale pour ce nouveau personnage et vous pouvez l’entendre dans les morceaux “Ankhsar Khatun, The Eagle,” “Face the Judgment of Your Ancestors,” et “Sacred Medicine.”

Chad :

« L’Aigle est un personnage très sombre et mystérieux qui use de ses pouvoirs mystiques pour embrigader ses suivants. Dans la bande-son originale de Ghost of Tsushima, nous avons pu profiter de la présence de Radik Tyulyush, un interprète de chant de gorge de Touva, et vous pouvez entendre sa voix résonner à travers l’île de Tsushima en approchant des campements ennemis, etc. Quand Radik est venu nous rendre visite à L.A. pour cet enregistrement, il nous a expliqué que les chanteuses pratiquant ce type de chant sont en très grande minorité et, même s’il y a eu des exceptions, que la pratique de ce chant par des femmes est historiquement tabou. Apparemment, il existait même une croyance affirmant que les femmes pratiquant ce type de chant pouvaient être la cause de maux qui frapperaient les hommes de leur famille. Il a aussi expliqué que la pratique de la musique chamanique est interdite à la plupart des chanteurs. Et donc, même s’il peut sembler inapproprié et irrespectueux pour la culture mongole de combiner ces deux mondes et d’inclure une chanteuse interprétant une musique chamanique, nous pensions que le thème de l’Aigle permettrait de conférer un côté « hérétique » au personnage.

Grâce à l’aide de mon manager basé à Beijing, Lei Zhang, nous avons pu trouver une interprète mongole, Talin Tuya. En plus de son chant de gorge, elle joue également du khomus (une guimbarde) et vous pouvez l’entendre lors des séquences musicales hallucinées qui se déclenchent lorsque l’Aigle est dans les parages. J’adore sa voix et j’espère qu’il en est de même pour vous ! Elle est puissante et semble venir d’un autre monde.

Nous avons aussi enregistré les performances de Zhang Duo, un joueur de morin khuur, qui est aussi présent sur certains morceaux de l’Aigle. Mon passage préféré est inclus dans certaines séquences de combat à cheval. Bill et moi avons composé cet effet de « hennissement de cheval » qui imite ce que font parfois les musiciens mongols, qui semblent imiter les chevaux galopant sur les steppes d’Asie.

C’était très satisfaisant d’enregistrer ces morceaux à Beijing, car la ville a gagné en proéminence lorsque Kublai Khan a fait de la ville sa capitale d’hiver. La ville s’appelait Dadu en 1271. Les ordres d’envahir le Japon à l’époque venaient de Dadu et ont été exécutés par les armées mongoles, ainsi que par les conscrits de Chine et de Corée qui ont lancé leur invasion depuis la Corée et Ningbo en Chine. Voir tous ces artistes collaborer depuis Beijing, Fukuoka, Tokyo, etc., me donne l’impression que ce voyage musical est ancré dans l’histoire et la géographie des cultures impliquées.

Affrontement et infusion de deux cultures

Au cours des moments charnières de l’histoire de l’ile d’Iki, nous avons mélangé des instruments mongols et japonais. Des solistes japonais et chinois se partageant la vedette tandis que des rythmes et des textures orchestrales chaotiques les accompagnent et servent de point d’ancrage musical. Nous pouvons entendre cet affrontement sonore dans les morceaux “The Battle for Iki Island” et “The Eagle’s Curse.”

Et, bien entendu, les séquences de combat de Ghost of Tsushima seraient incomplètes sans le son tonitruant de l’ensemble Taiko. Malheureusement, les restrictions causées par la pandémie étant toujours d’actualité, le nombre de musiciens autorisés à se rassembler dans un studio était limité. Cependant, Isaku Kageyama, un meneur d’ensemble Taiko de Los Angeles ayant participé lors de l’extension Ghost of Tsushima Legends était prêt à relever le défi. Nous avons formé un ensemble de trois personnes aux côtés de Kaz Mogi et de Blaine O’Brien qui s’est retrouvé au Capitol Studios de Hollywood avec des tambours Taiko. Nous sommes parvenus à créer un fond sonore épique pour coller aux séquences de combat sur l’île d’Iki. Nous avons atteint cet objectif grâce aux compétences de mixage de Kellogg Boynton et à la magie du repiquage.

Ghost of Tsushima : la musique de l’île d’Iki

De gauche à droite – Chad Cannon, Bill Hemstapat, Isaku Kageyama, Kazunori Mogi, Blaine O’Brien

Dernières déclarations

Chad :

« Je trouve ça SUPER cool que le jeu ait eu un véritable impact positif pour l’île de Tsushima, notamment avec un projet de restauration d’un autel Shinto financé par les fans du jeu par exemple. Et le fait que Jason Connell et Nate Fox aient été officiellement nommés Ambassadeurs touristiques de l’île de Tsushima. Il est difficile de dire à quel point le genre d’attention qu’une petite zone rurale et isolée comme l’île de Tsushima peut obtenir grâce à un événement de ce type. Ces petites communautés vieillissent rapidement, et la plupart des jeunes générations se rendent dans les grandes villes et ne reviennent jamais. Les cultures, les dialectes et les styles musicaux issus de ces régions finissent par disparaître. Mais un phénomène comme Ghost of Tsushima est un moyen de redonner un nouveau souffle à ces régions. Je tiens donc à féliciter les fans et les créateurs du jeu pour cela ! »

Ghost of Tsushima Director’s Cut n’aurait jamais vu le jour sans les efforts de tous les participants. Et j’aimerais remercier toutes les personnes qui ont rendu ce projet possible :

Notre producteur et mon mentor Peter Scaturro, pour nous avoir encouragé à nous plonger dans la musique japonaise traditionnelle et à élargir le paysage musical de Ghost of Tsushima.

Andrew Buresh, notre leader chez PlayStation Studios pour Ghost of Tsushima, mes collègues éditeurs musicaux, Sonia Coronado et Adam Kallibjan. Nos ingénieurs, Kellogg Boynton et James Probel pour leur dévotion envers ce projet. Sans eux, la vision que nous avions en tant que compositeurs n’aurait jamais vu le jour.

Enfin, Nate Fox, Jason Connell, Brad Meyer et tous les membres de Sucker Punch qui nous ont soutenus dans notre démarche musicale et qui ont accordé une place aussi importante à la musique dans leur histoire.

J’espère que tous les joueurs apprécient la musique du jeu autant que nous avons aimé la composer. Merci d’avoir lu cet article et prenez soin de vous !

Rejoindre la conversation

Ajouter un commentaire

Mais restez courtois(e) !

Please be kind, considerate, and constructive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des commentaires (s'ouvre dans une nouvelle fenêtre)