Réflexions sur le grand retour de FFXIV, de son lancement jusqu’à l’extension Endwalker disponible en novembre

0 0
Réflexions sur le grand retour de FFXIV, de son lancement jusqu’à l’extension Endwalker disponible en novembre

Le producteur et directeur Naoki Yoshida nous fait découvrir tout le travail accompli sur le titre le plus rentable de la franchise Final Fantasy.

Sur le secteur, l’histoire du développement de Final Fantasy XIV est devenue presque légendaire. Après un lancement complexe, le second MMORPG de la franchise Final Fantasy avait besoin d’un véritable sauvetage. C’est au producteur et directeur Naoki Yoshida, grand adepte des MMO, qu’a été confiée cette tâche herculéenne, au cours de laquelle lui et son équipe ont dû reprendre le jeu de fond en comble pour le sortir sous un nouveau nom plus adapté, Final Fantasy XIV: A Realm Reborn.

Le tout nouvel écran titre d’Endwalker que les joueurs pourront découvrir dès le 19novembre.

Ayant moi-même joué à la version 1.0, je me rappelle la première présentation de Yoshida-san à la communauté. Conscient de la situation épineuse dans laquelle il se trouvait, le producteur récemment nommé avait choisi de s’adresser directement aux joueurs. Il s’était présenté et avait annoncé ses plans préliminaires dans une « Lettre du producteur », un témoignage écrit adressé à la communauté qui a donné le ton à une communication réciproque qui existe encore aujourd’hui. Le but était d’obtenir les commentaires directs des joueurs par le biais de courtes enquêtes ciblées, afin de déterminer les attentes des joueurs encore actifs malgré les problèmes.

Ce n’est que quelques mois plus tard que le concept d’A Realm Reborn a été présenté officiellement. Final Fantasy XIV allait être « rasé » pour renaître, de façon figurative aussi bien que littérale. En 2012, après une cinématique passionnante et des mois de mises à jour du jeu de plus en plus moroses, les serveurs ont été coupés. Quelques mois plus tard, A Realm Reborn présentait un tout nouveau monde à explorer.

Les derniers jours de Final Fantasy XIV avant sa renaissance avec la version 2.0. Les joueurs ignoraient tout des créatures terrifiantes tapies sur Dalamud, la lune rouge menaçante…

Aujourd’hui, soit huit ans après la sortie d’A Realm Reborn et à la veille de sa quatrième et plus grosse extension à ce jour, Final Fantasy XIV rassemble plus de 24 millions de joueurs et est devenu le titre le plus rentable de toute la franchise Final Fantasy, un résultat obtenu en grande partie grâce au travail consciencieux de Naoki Yoshida et de son équipe.

Dans le cadre de la récente tournée médiatique de Square Enix, j’ai pu jouer à une version préliminaire de la future extension, Endwalker. Riche en contenu, cette nouvelle mise à jour colossale fera passer la limite de niveau des personnages à 90 et présentera deux jobs inédits, une variante masculine pour la race tant appréciée des Viera, et une myriade de raids et autres donjons, sans oublier de nouveaux contenus. En collaboration avec Jade King, en interview pour TheGamer, j’ai pu obtenir des commentaires de Naoki Yoshida sur l’état actuel du jeu, le développement d’Endwalker et son parcours jusqu’à cette nouvelle sortie.

Même s’il est désormais également directeur du jeu, Yoshida présente toujours régulièrement ses Lettres du producteur, qui sont aujourd’hui streamées en direct, en souvenir de cette tradition qui remonte presque à une décennie. La dernière d’entre elles, la 66e pour être précis, présentait en détail certaines fonctionnalités de gameplay passionnantes qui vont être introduites avec la prochaine extension Endwalker, et que les joueurs du monde entier attendent avec impatience.

La relation unique que Yoshida a su instaurer avec la communauté du jeu depuis le début de son implication est l’un des éléments clés qui rendent Final Fantasy XIV aussi spécial pour ses joueurs. « Au sein de l’équipe de FFXIV, nous ne considérons pas les membres de la communauté comme de simples joueurs », explique-t-il. « Nous les voyons comme des amis ou des membres de notre famille. Nous appartenons tous à ce jeu. »

Endwalker marquera la fin d’un pan de l’intrigue datant de 2010, avant même la renaissance du jeu. Selon la prophétie, Hydaelyn et Zodiark, deux divinités du royaume opposées depuis la nuit des temps, doivent résoudre leur conflit en mettant fin à la saga telle qu’on la connaît. Mais nous devrons attendre le 23novembre pour en savoir plus…

À gauche, les Sages contrôlent quatre noulithes en lévitation pour soigner leurs alliés. À droite, l’arme de prédilection du Reaper, une faux à deux mains.

Dans la pré-version, j’ai testé les deux nouveaux jobs : le Sage soigneur inspiré des méchas et le Reaper, un DPS ultra-rapide et puissant. Les deux m’ont semblé incroyables. Le Reaper propose une série de phases d’attaque qui se terminent par des combos dévastateurs, tandis que le Sage déploie des capacités de soin utiles pour vaincre des hordes d’ennemis sans sourciller pendant les raids. Le design de ces deux jobs et les modifications apportées aux capacités semblent indiquer des développements pour le moins intéressants pour les inconditionnels des raids du jeu.

Les trois nouvelles zones que j’ai eu la chance d’explorer étaient un véritable rêve pour tout fan de Final Fantasy qui se respecte. On y retrouvait Old Sharlayan, une zone inspirée de la Grèce antique, les terres riches en culture et en couleurs de Thavnair, et leur exact opposé, les terres monochromes et cadavériques de Garlemald, trois zones mentionnées dans FFXIV que les joueurs ont toujours voulu explorer.

En haut, les terres éclatantes de Thavnair. En bas, les ruines ternes de Garlemald.

« L’approche que nous adoptons pour concevoir de nouvelles zones est légèrement différente à chaque extension », explique Yoshida, avant d’expliciter son propos : « Avec Stormblood, par exemple, le lieu Ala Mhigo était à l’honneur. Ce lieu était déjà détaillé dans l’histoire de Final Fantasy XIV, ce qui ne nous laissait que peu de liberté pour y ajouter nos propres idées. Cependant, nous avons réfléchi aux zones restantes que nous n’avions pas encore révélées aux joueurs.

Endwalker marquera la fin de la saga d’Hydaelyn et Zodiark. Pour cette extension, nous nous sommes donc concentrés sur les questions en suspens de l’embranchement d’histoire actuel. La définition de ces aspects et la création des cartes des nouvelles zones allant de pair, le processus employé pour Endwalker à cet égard a été similaire à celui de Stormblood. »

Les jumeaux Alisaie et Alphinaud Leveilleur, Scions de la septième aube, sont deux personnages centraux de l’histoire de FFXIV qui signent leur grand retour dans Endwalker.

Bien évidemment, je n’ai pu explorer qu’une partie infime des nouveaux environnements qui seront dévoilés dans Endwalker, et certains d’entre eux sont gardés secrets, afin que les joueurs puissent les découvrir à la sortie.

« Certaines zones d’Endwalker n’ont pas encore été annoncées. Je n’ai aucune intention de les dévoiler avant la sortie du jeu, j’en ai bien peur ! Il me tarde vraiment que les joueurs puissent découvrir ces régions par eux-mêmes. Je suis certain qu’ils seront surpris. »

La build du jeu que j’ai testée était évidemment dénuée de tout indice sur l’histoire, afin de préserver le dénouement de l’intrigue qu’Endwalker réserve à ses joueurs.

« Je pense qu’une chose en particulier distingue Final Fantasy XIV des autres jeux du genre. Nous avons toujours eu pour objectif de faire de FFXIV un MMO d’exception, sublimé par une narration puissante », explique Yoshida. « Je pense que c’est un aspect important sur lequel nous nous différencions des autres MMO. »

La Transcendance destructrice du Reaper vue de derrière

Si l’on se base sur la dernière extension de FFXIV sortie il y a quelque temps, Shadowbringers, Endwalker embarquera les joueurs dans une histoire passionnante, jalonnée de grandes révélations. L’extension Shadowbringers a été tellement appréciée que je n’ai pas pu m’empêcher de demander si l’équipe se sentait sous pression pour la sortie de cette suite.

« Je me sens un peu comme un réalisateur de films », explique Yoshida. « Lorsqu’un réalisateur travaille sur sa nouvelle création, il essaie toujours de la développer au mieux. Il s’évertue à créer la meilleure histoire possible, en mettant toutes ses compétences à profit.

Je crois que les différents joueurs auront des opinions et préférences diverses. Certains ont préféré Heavensward à Shadowbringers, tandis que d’autres ont particulièrement aimé l’aventure que nous proposions dans Stormblood. »

« Mon approche est simple : toujours aller un cran plus loin, en tentant de faire mieux épisode après épisode. »

La Transcendance régénératrice du Sage vue de devant

« Ceci étant dit », continue-t-il, « Endwalker marquera la fin de la saga d’Hydaelyn et Zodiark, qui a commencé lors de la sortie originelle de FFXIV et s’est poursuivie dans toutes nos extensions précédentes. C’est pour cette raison que nous avons voulu créer un final retentissant. En tant qu’extension indépendante, Endwalker propose une histoire incroyablement riche, comportant énormément de choses à découvrir.

Ce qui me ferait plaisir, c’est qu’après avoir terminé Endwalker, vous ayez envie de redécouvrir les précédentes extensions et d’y rejouer. Ainsi, vous pourrez apprécier pleinement la direction que nous avons prise avec Endwalker et tous les détails que nous avons ajoutés à l’histoire. »

Cette dernière phrase laisse songeur, et je parie que de nombreux joueurs ont hâte de découvrir la fin de cette décennie d’histoire… mais il va falloir être patient.

Endwalker sort le 23 novembre et le 19 novembre en accès anticipé pour ceux qui l’auront précommandé. À très bientôt !

Cet article est basé sur une build en cours de développement de Final Fantasy XIV: Endwalker, et le contenu présent dans la version finale peut être différent. Les réponses de l’interview ont été légèrement modifiées à des fins de fluidité et de concision. Les captures d’écran de la version 1.0 ont été gracieusement fournies par Llen Coram.

Rejoindre la conversation

Ajouter un commentaire

Mais restez courtois(e) !

Please be kind, considerate, and constructive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des commentaires (s'ouvre dans une nouvelle fenêtre)