S.O.S Fantômes : L’Héritage offre une nouvelle vie à la série de films cultes des années  80

2 0
S.O.S Fantômes : L’Héritage offre une nouvelle vie à la série de films cultes des années  80

Le réalisateur Jason Reitman parle de la relation qu’entretient sa famille avec la franchise, des différences entre les effets spéciaux traditionnels et les images de synthèse, et nous offre en avant-première des images du nouveau Chien de la terreur.

Prendre les commandes d’une série de films aussi légendaire que S.O.S Fantômes pourrait en intimider plus d’un. Mais pour Jason Reitman, le réalisateur de génie à l’origine de S.O.S Fantômes : L’Héritage, dernier-né de la franchise emblématique, c’était un rêve d’enfant. En plus d’être un fan inconditionnel des films des années 80, c’est également le fils d’Ivan Reitman, l’homme qui a porté les deux premiers opus sur grand écran, et qui participe à la production de L’Héritage.

Le fils Reitman, plutôt que de s’effacer dans l’ombre de son père, voit l’implication et la présence de ce dernier sur le plateau de L’Héritage comme un atout pour son film. « J’ai non seulement eu la chance d’avoir le plus grand expert de S.O.S Fantômes au monde à mes côtés », déclare Jason Reitman tandis que nous nous installons, « mais aussi un de mes scénaristes préférés. »

« C’est drôle », dit-il en riant, « je suis le fils du réalisateur de S.O.S Fantômes, il est donc assez logique pour moi de faire un film qui suit les aventures de la petite-fille d’un chasseur de fantômes. Et il était impossible de mener à bien ce projet sans mon père à mes côtés. »

Ghostbusters: Afterlife

Cette relation père-fils crée une vraie cohérence entre L’Héritage et les films S.O.S Fantômes originaux, dont ce nouveau volet est une suite directe. Malgré la trentaine d’années qui les séparent, L’Héritage et les films originaux s’inscrivent bien dans le même univers délirant créé en 1984. Son ton, son humour et sa photographie seront immédiatement reconnaissables pour les fans de la première heure.

« Nous voulions vraiment faire écho au film original, particulièrement à son humour. C’est pour cela que nous avons choisi Paul Rudd, Finn Wolfhard et Mckenna Grace pour incarner nos personnages. » La distribution du film inclura aussi des acteurs qui font leurs premiers pas au grand écran, comme Logan Kim, qui incarne Podcast, un marginal à l’esprit aiguisé passionné par les micros et le matériel d’enregistrement.

« Le grand public ne le connaît pas encore », précise Jason Reitman », mais je suis sûr qu’il va l’adorer. Il correspond exactement au genre de personnage qui aurait pu figurer dans le film original. »

Le film nous plonge dans l’univers des premiers films, et cela ne tient pas qu’à son humour. L’histoire commence avec une famille qui découvre qu’elle a hérité d’une maison de campagne. Perdue au milieu de nulle part, celle-ci est aussi en bien piteux état. L’ancien habitant de la maison, le grand-père absent de Phoebe (Grace) et de Trevor (Wolfhard), y a entreposé une quantité phénoménale de livres sur les phénomènes paranormaux, des outils agricoles inutilisés, et, à la stupeur de tous, un équipement de chasseur de fantômes.

Ghostbusters: Afterlife

Et il était hors de question de modifier l’apparence du piège à fantômes et des autres gadgets de chasseurs de fantômes emblématiques de l’époque. Le look old school typique des années 80 du film original a été restitué à la perfection : les accessoires semblent tout droit sortis des archives du studio. Les effets spéciaux classiques et les accessoires physiques ont été largement privilégiés, et les images de synthèse limitées à quelques détails dans certaines scènes, afin de retranscrire au mieux le style des deux films S.O.S Fantômes originaux.

« Nous avons voulu trouver la recette qui a fait de S.O.S Fantômes une licence culte. Nous avons dû réaliser un travail comparable à des fouilles archéologiques pour retracer étape par étape la fabrication du film original, et apprendre à faire cohabiter des technologies informatiques de pointe avec des effets spéciaux semblables à ceux de l’époque. »

La volonté de Jason Reitman de mélanger différentes technologies est particulièrement visible dans une scène marquant le retour du Chien de la terreur, l’un des monstres les plus populaires de la saga, qui reste gravé dans l’esprit de celles et ceux qui ont regardé le film quand ils étaient enfants. La bête est de retour, plus terrifiante que jamais, grâce à un mélange d’effets spéciaux traditionnels et numériques. Nous avons une vidéo exclusive de son retour à partager avec vous :

S.O.S Fantômes : L’Héritage offre une nouvelle vie à la série de films cultes des années  80

Jason Reitman nous a expliqué plus en détail la création des effets spéciaux : « Nous avons travaillé avec des aimants, des câbles, des illusions, des animatroniques et des marionnettes. Nous avons créé un véritable Chien de la terreur, et nous avons confié son animation aux plus grands marionnettistes actuels. Je pense que c’est ce type d’initiatives qui donne au film son authenticité et son ton unique. Les prises de vues réelles. Les scènes tournées en plateau et pas sur fond vert. »

« Lorsque l’on se tient devant le Chien de la terreur et qu’on le regarde droit dans les yeux, on ressent cette authenticité. Il n’y a pas mille façons de faire. Les créatures sont encore plus intimidantes lorsque les marionnettistes commencent à les animer, et que l’on a l’impression d’être en présence d’une véritable bête féroce. »

L’Héritage ne marque pas seulement le retour de monstres cultes, le film regorge aussi de références que les fans les plus attentifs pourront s’amuser à chercher. Lorsqu’on lui demande son clin d’œil préféré, Jason Reitman a du mal à n’en choisir qu’un. « Je vais vous donner quelques indices », plaisante-t-il. « Dans une réplique du film original, Egon Spengler explique qu’il possédait un « demi-Slinky » (NdT : un demi-ballon en VF, mais il s’agit d’une erreur), mais qu’il l’avait redressé. Nous avons donc placé un « Slinky » redressé quelque part dans le film, vous le repèrerez peut-être. Les spectateurs pourront aussi voir le renifleur de fantômes que Bill Murray utilise dans l’appartement de Dana, dans le film original. »

Enfin, S.O.S Fantômes : L’Héritage étant un film réalisé en famille et qui raconte l’histoire d’une famille, Jason Reitman n’a pas pu s’empêcher de se fendre d’une référence à l’une des œuvres de son père. « Il y a un clin d’œil à Cannibal Girls, le premier film de mon père », confie-t-il.

La famille est une valeur très importante aux yeux du réalisateur. Elle lie tous les membres de l’équipe de production, et se retrouve au cœur de cette nouvelle aventure. C’est une véritable comédie familiale, à découvrir bientôt sur grand écran.

S.O.S Fantômes : L’Héritage arrive dans les salles de cinéma le 1er décembre.

Rejoindre la conversation

Ajouter un commentaire

Mais restez courtois(e) !

Please be kind, considerate, and constructive.

2 Commentaires

  • Crazylover78

    Hahahahaha le headshot magnifique. Tellement bon, gros +1
    Merci

  • chris2sissi

    Sans moi pour cet episode. Deja que l’episode avec les femmes etait pas terrible, celui ci s’annonce du meme acabit. (Surtout une releve avec des gamins, on n’y croit pas). Pourquoi chercher a faire des suites a des films qui se suffisent ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des commentaires (s'ouvre dans une nouvelle fenêtre)