God  of  War Ragnarök – premières impressions de jeu

4 0
God  of  War Ragnarök – premières impressions de jeu

Découvrez les dernières infos sur les options de combat étendues de Kratos, les nouveaux royaumes à explorer, les nouveaux ennemis et plus encore

Notre retour à Midgard et dans le reste des neuf royaumes approche. God of War Ragnarök sortira sur PS5 et PS4 le 9 novembre, et j’ai eu la chance de tester en avant-première la version PS5 de la suite des aventures de Kratos et Atreus.

Cet article ne contiendra aucun spoiler majeur, et c’est aussi bien car on a déjà pas mal de choses à dire du point de vue du gameplay, des graphismes, des ennemis inédits, des lieux, etc. Sans citer de nom ou d’événement en particulier, je peux vous dire que cette suite ne tarde pas à nous offrir des scènes mémorables et inattendues avec son panel de personnages mythologiques.

Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur les combats à la fois familiers et innovants, les nouveaux ennemis mortels, les lieux inédits et d’autres nouveautés de God of War Ragnarök.

Immersion mythologique sur PS5

Les joies de l’hiver – Le paysage de Midgard étincelle sur PS5 grâce à des graphismes ultra fins en 4K et un affichage fluide (j’ai joué en mode Performance). Fimbulvetr s’est emparé de tout le royaume, y compris les terres de Kratos et Atreus. La neige s’affaisse et se divise sous les pas des personnages, et on peut voir la lumière se réfracter dans les minuscules cristaux qui recouvrent sa surface. Les chutes d’eau gelées prennent la forme d’immenses œuvres d’art. L’atmosphère de ce Midgard enneigé retranscrit à la perfection l’ambiance d’une longue balade hivernale dans les bois.

Immersion haptique – Santa Monica Studio a pleinement exploité le potentiel haptique de la manette sans fil DualSense. Une des séquences du jeu consiste à échapper à une violente avalanche en traîneau. Je sentais les vibrations haptiques de la manette DualSense dans mes mains, retranscrivant à la fois le grondement du déferlement de neige et l’impact des plus petites mottes de neige qui tombaient au sol. Au combat, la hache Léviathan délivre des impacts encore plus viscéraux et, lorsque vous rappelez l’arme à vous, les vibrations haptiques augmentent progressivement jusqu’à ce que le manche percute votre main dans un bruit sourd. La plage de vibrations haptiques donne aussi de la texture à des mouvements plus subtils, comme lorsque Kratos étend son corps fatigué sur son lit pour dormir.

Des options de combat variées

En terrain connu – Je dois l’avouer, il m’a fallu la moitié du premier God of War (2018) pour m’habituer aux nouvelles mécaniques de combat. La proximité de la caméra, les attaques à distance et au corps-à-corps de la hache Léviathan, et la profusion d’options de combat, c’était un peu trop pour moi. En comparaison, quand j’ai repris la hache et les Lames du Chaos au début de God of War Ragnarök, j’ai été tout de suite à l’aise et prêt à me lancer au combat. Disposer des deux armes dès le départ m’a poussé à exploiter davantage l’arsenal de Kratos, et c’est génial.

La Mort venue du ciel – Kratos peut désormais prendre son élan et se jeter du haut d’une falaise pour tomber sur l’ennemi. De quoi amorcer rageusement un combat de groupe en étourdissant ses adversaires. Cette nouvelle option de combat est un exemple éloquent de l’attention que porte God of War Ragnarök à la verticalité de l’environnement.

La tête froide – La touche Triangle, avec laquelle on rappelle et s’équipe de la hache Léviathan, permet aussi lorsqu’on l’a en main d’appliquer l’effet Éveil de givre à votre attaque suivante. Appuyer sur R1 lors de l’Éveil de givre déclenche Brèche gelée, un vaste balayage qui applique l’effet Gelé aux ennemis à proximité. Appuyer sur R1 en visant lors de l’Éveil de givre exécute Pointe gelée, un lancer rapide de la hache Léviathan qui génère une explosion de givre à l’impact. L’éventail étendu d’attaques élémentaires de Kratos renouvelle l’intérêt de chaque affrontement avec de nouvelles options.

Les flammes des Lames du Chaos – À l’instar de la hache Léviathan avec l’Éveil de givre, les Lames du Chaos permettent d’effectuer un Coup de fouet enflammé d’une pression de la touche Triangle. Les lames enchaînées de Kratos se chargent alors de feu : parfait pour faire fondre les défenses glacées de l’ennemi. Et surtout, Kratos a une classe folle lorsqu’il fait tournoyer ses lames pour les embraser.

Bienvenue chez les huldres – Kratos et Atreus peuvent se rendre à l’atelier ou la maison de Brok et Sindri pour s’équiper. Là-bas, j’ai pu faire passer ma hache Léviathan au niveau 2, ce qui m’a permis d’infliger plus de dégâts et de débloquer un ensemble de capacités dans l’arbre de compétences. J’ai également doté Atreus d’une nouvelle armure. Ce que je préfère, c’est la présence d’un coffre de butin perdu, où les frères huldres entreposent les ressources que le joueur a pu oublier de ramasser sur le champ de bataille.

Personnalisation d’équipement – Comme précédemment, il est possible de personnaliser ses armes et son armure, avec toujours les gemmes à insérer dans la hache Léviathan de Kratos. Après avoir affronté une redoutable rôdeuse du nom de la chasseresse, j’ai obtenu Morsure de l’hiver, une attaque runique rapide qui entoure la hache de Kratos d’une masse de glace pour infliger des dégâts supplémentaires. Une autre confère aux Lames du Chaos une attaque ascendante enflammée. J’ai trouvé ces deux coups pratiques pour se sortir d’un mauvais pas en présence de nombreux ennemis. Il faut juste penser au délai de renouvellement.

Éventail de boucliers – Le bouclier du gardien de Kratos a été endommagé au combat, et Brok propose de lui confectionner une défense supplémentaire pendant qu’il le répare. On a au départ le choix entre deux boucliers : le bouclier Mur de pierre, capable d’absorber les attaques et de les restituer, et le bouclier Intrépide, qui récompense les parades les plus risquées. Au fil du jeu, on rassemble assez de ressources pour fabriquer tous les boucliers.

Tour d’essai du bouclier Intrépide – J’ai choisi le bouclier Intrépide, en espérant que mes heures de pratique de la parade de dernière seconde dans des jeux d’action comme Sekiro: Shadows Die Twice porteraient leurs fruits. Et ce fut le cas ! Une pression bien placée de la touche L1 face à une attaque ennemie pare celle-ci en émettant un flash lumineux qui étourdit les ennemis pendant un bon moment. J’ai trouvé cette aptitude extrêmement utile pour le contrôle de foule, elle incite aussi à mieux étudier le schéma d’attaque des ennemis.

Les menaces des royaumes

Face à face avec Thor – Si vous avez aimé l’affrontement explosif avec Baldur au début de God of War (2018), vous allez adorer mesurer votre hache au marteau de Thor dans un combat tout aussi spectaculaire. Thor vous assénera des enchaînements de chopes, de coups de Mjöllnir tonitruants, des volées à zone d’effet, et j’en passe. Les deux dieux s’agrippent et se projettent dans les airs pour poursuivre leur combat à travers divers paysages gelés. Thor attaque sans relâche, que ce soit par ses coups ou ses critiques cinglantes des compétences de père de Kratos. C’est un affrontement marquant qui m’a donné envie de faire un deuxième round contre le dieu du tonnerre.

Maraudeurs en pagaille – De rudes et vils maraudeurs rôdent dans Fauvebois et s’en prennent à Kratos, qu’ils savent responsable de l’arrivée de Fimbulvetr. Ces ennemis à distance et au corps-à-corps sont parfaits pour vous faire la main et peaufiner vos compétences au combat.

Bataille contre Björn – un puissant ours vous attaque dans l’un des premiers combats de boss. Le robuste animal commence par des coups de patte que Kratos peut parer, mais introduit aussi des signaux supplémentaires, comme des cercles jaunes qui indiquent une attaque “Block Break”, qui ne peut être bloquée mais peut être parée. Si cette attaque est bloquée, vous ne prenez pas de dégâts, mais vous vous trouvez vulnérable à une attaque suivante. Le schéma d’attaque de l’ours est une introduction féroce mais indulgente aux combats plus ardus à venir.

Défi du dreki – L’un de mes combats favoris dans cette portion du jeu oppose notre duo au dreki, un dragon aux allures de crocodile. La créature quadrupède donne de violents coups de mâchoire, frappe avec sa queue couverte d’écailles et projette des attaques électriques qui obligent le joueur à rester en mouvement. Parer les séries d’attaque avec le bouclier Intrépide tout en esquivant les arcs électriques paraît très naturel et satisfaisant. C’est un combat bien réglé qui met à l’épreuve les compétences croissantes du joueur avec une intensité élevée mais juste.

Dégâts de bifröst – Vers la fin de la session de preview, un nouveau type d’ennemi sanguinaire fait son apparition pour protéger quelque chose au fond d’une mine naine. L’einherjar, pâle et tatoué, déchaîne sur Kratos des attaques qui infligent des dégâts de bifröst, représentés par une section violette dans la jauge de santé. Dans un premier temps, le bifröst est inoffensif. Mais si l’ennemi vous touche une seconde fois, le bifröst explose en emportant une portion importante de votre santé. Soyez sur le qui-vive, esquivez et préparez-vous à parer pour survivre au bifröst d’attaque.

Exploration des royaumes

Fermeture des royaumes – Au début de God of War Ragnarök, Odin fait fermer les frontières de tous les royaumes. Kratos est donc incapable d’utiliser le Bifröst pour voyager. Heureusement, Brok et Sindri ont reconfiguré les accès mystiques pour lui permettre de se déplacer malgré tout.

L’hiver à Svartalfheim – Si Fimbulvetr a couvert Midgard de glace et de neige, il a eu des effets différents dans les autres royaumes. À Svartalfheim, par exemple, la pression souterraine a augmenté, créant dans le royaume de puissants geysers. Mimir (la tête savante bavarde accrochée à la ceinture de Kratos) affirme aussi qu’une forte odeur s’est répandue sur ces terres.

Plateformes casse-tête – Traverser les royaumes requiert un usage astucieux du matériel de Kratos. À un moment, j’ai dû déplacer un pilier qui me barrait la route. Pour cela, il a d’abord fallu que je lance la hache Léviathan pour briser un tronc qui bloquait le pilier, puis que j’utilise les Lames du Chaos pour écarter le pilier du chemin. Je pourrais aussi citer la fois où j’ai dû utiliser les propriétés élémentaires de la hache Léviathan pour manipuler des obstacles aquatiques dans le royaume de Svartalfheim… Mais je ne vous en dis pas plus !

Flèches soniques – Dans la ville naine de Niðavellir, Sindri dote l’arc d’Atreus d’une nouvelle corde à la puissance sonique. Cette amélioration permet de faire exploser des objets dont émane une lueur bleu-vert dans l’environnement, et d’ouvrir ainsi des passages vers de nouvelles zones ou alcôves renfermant des coffres pleins d’argent. La capacité d’Atreus à détruire cette matière luisante vient étoffer la partie résolution d’énigmes environnementales et parcours de notre aventure en binôme.

Exploration et quêtes secondaires – Les joueurs qui aiment fouiller chaque recoin de chaque royaume peuvent se rassurer : la partie exploration est vaste et gratifiante, dans cette suite. Alors qu’ils traversent un village nain charmant mais peu hospitalier, Kratos et Atreus croisent un nain ayant une dent contre Mimir. Le nain évoque des tours de forage autrefois promues par Mimir et les dégâts que celles-ci ont occasionnés dans le royaume. Si le joueur choisit de rendre ce service, ils peuvent réparer les torts causés par Mimir et obtenir une récompense. Plus tard, alors que je traversais un immense lac bleu scintillant, j’ai repéré des colonnes de fumée noire émanant de ces mines. J’ai préféré poursuivre ma route vers la quête principale, mais j’ai tout de suite été rassuré par Atreus qui affirmait qu’on pourrait revenir s’occuper du service après.

Boussole naine – Sindri fait un “joli cadeau” à Kratos : une boussole qui nous permet de marquer des objectifs sur la carte puis de suivre les indications d’une boussole en haut de l’écran jusqu’à cette destination. Parfait pour retrouver des choses comme les services et les quêtes secondaires.

Les premières heures de God of War Ragnarök sont bourrées de scènes narratives passionnantes et d’affrontements épiques. Je ne vous ai raconté là que quelques-uns des moments et détails qui m’ont donné envie de me plonger davantage dans les combats, de continuer à explorer les royaumes et de découvrir ce quel le destin réserve à nos héros.

L’attente ne sera plus très longue ! God of War Ragnarök sort sur PS5 et PS4 le 9 novembre.

Les commentaires sont désactivés.

4 Commentaires


    Loading More Comments

    Veuillez saisir votre date de naissance.