Publié le

Terrifiantes premières impressions de Five Nights At Freddy’s VR : Help Wanted

Lisez les derniers détails concernant la nouvelle aventure en VR dans la série du jeu d'horreur phénoménal

Freddy Fazbear et sa bande d’animatroniques maléfiques sont de retour dans Five Nights At Freddy’s VR : Help Wanted, et c’est entre frissons et excitation que je vous le confirme : ils sont toujours aussi flippants.

À peine le casque PS VR enfilé, j’ai déjà la chair de poule. Depuis l’écran du menu, Freddy et ses mascottes me dévisagent et suivent mes mouvements de leurs yeux globuleux en plastique.

Ce nouvel opus PS VR nous ramène chez Freddy Fazbear’s Pizza, où un gardien de nuit tente de survivre face aux mascottes animatroniques qui, à la fermeture, prennent vie (et en veulent à la sienne). Les fans de cette série de point-and-click à l’ambiance lugubre seront ravis de redécouvrir 20 niveaux classiques des jeux précédents, transposés en VR pour Help Wanted, auxquels viennent s’ajouter 20 mini-jeux inédits tout aussi cauchemardesques.

TITLE

La démo à laquelle j’ai pu jouer comprenait trois mini-jeux terrifiants. Pour commencer, une reconstitution de la Nuit 2 du tout premier Five Nights At Freddy’s.

Seule dans le bureau, je devais survivre à la nuit, surveiller les caméras pour suivre les déplacements des mascottes assoiffées de sang, et fermer les portes quand la menace était trop proche. Passer d’une caméra à l’autre crée déjà un certain sentiment d’anticipation horrifique, mais ajoutez-y la VR et vous voilà confronté à un degré de frayeur supplémentaire.

Voir ces personnages sinistres disparaître au moment où je me tournais vers l’écran, c’est une chose. En perdre un de vue, tourner la tête, voir Foxy se précipiter dans la pièce et sentir mon cœur faire un véritable bond dans ma poitrine en réalisant que je suis sa proie, c’en est une autre !

Même si vous fermez les portes à temps, les regarder déambuler devant les fenêtres du bureau ne fera que retarder l’horreur un moment. Il vous faudra surveiller attentivement les jauges d’énergie et choisir avec soin le moment où fermer les portes pour tenir jusqu’à l’aube. Pour ma part, j’ai adopté une approche différente en les fermant désespérément (et inutilement) trop longtemps, ce qui a fini par couper le courant, me laissant seule dans l’obscurité avec les yeux brillants de Freddy pour seule compagnie.

TITLE

Pour la suite, un nouveau mini-jeu, dans lequel je devais effectuer des réparations sur Bonnie, le lapin guitariste, dont l’instrument est désaccordé. Avant même que le jeu ne commence, un sentiment de malaise s’installe alors que le monstrueux musicien, assis dangereusement proche, me guette.

On sera plusieurs fois confronté à ce type de mini-jeux durant lesquels il faudra faire très, très attention aux instructions audio du technicien, car la moindre erreur scellerait votre sort. Croyez-moi, je sais de quoi je parle.

Au troisième essai, j’étais tellement nerveuse que j’angoissais même en suivant ses instructions à la lettre, les yeux écarquillés en déboitant la mâchoire du lapin ou en remettant ses globes oculaires en place. Tenir cette horreur entre mes mains a rendu l’expérience haletante de bout en bout. Sans m’en rendre compte, j’ai retenu ma respiration jusqu’à la fin des réparations.

TITLE

Le troisième mini-jeu, une autre nouveauté, combinait deux de mes plus grandes peurs tout à fait rationnelles : les petits espaces clos, et les animatroniques géantes à tête de rat cherchant à me tuer. Il s’agit d’un escape game dans le système de ventilation du restaurant, où je devais foncer pour appuyer sur des boutons, activer des interrupteurs et tourner des vannes dans un ordre bien précis. Tout ça, bien sûr, pendant que l’un des copains timbrés de Freddy se faufilait dans les conduits à ma poursuite.

L’éclairer avec la lampe le fait fuir, mais chaque étape complétée ouvre un nouveau conduit, dans une autre direction, me forçant à me concentrer sur ma tâche tout en restant suffisamment à l’affût pour attraper la bestiole avant qu’elle ne m’attrape. En un sens, c’était comme une course contre moi-même, la panique s’installant alors que je cherchais la prochaine vanne.

Chaque mini-jeu possède son propre but selon différentes mécaniques, mais tous ont su me tenir en haleine jusqu’au bout ! Les jeux d’horreur reposent sur le suspense et sur l’attente de ce qui peut bondir sur vous à tout instant.

Avec Five Nights At Freddy’s sur PS VR, les horreurs peuvent bondir de n’importe où. Traquée sans relâche par Freddy, Chica, Foxy et toute leur bande, cette nuit de cauchemar m’a semblé épouvantablement réelle. La pizzeria miteuse prend vie à tel point que je n’avais plus l’impression de jouer à un jeu, mais bien de me trouver dans une maison hantée remarquablement interactive.

Et la peur est bien là, elle aussi. Five Nights At Freddy’s VR : Help Wanted sera disponible sur PS VR au printemps.

0 commentaires
0 réponses de l'auteur

Vous ne pourrez plus ajouter de commentaires à un message 30 jours après sa publication.

Historique des modifications