Publié le

Découvrez Blood & Truth, et la façon dont le blockbuster sur PS VR vous donne l’impression d’être un héros de film d’action

Action ! Aventure ! Espionnage ! Explosions ! Le jeu blockbuster de London Studios vous offre tout cela

La semaine dernière, j’ai eu l’occasion unique d’être un héros de film d’action. Plus exactement, j’ai participé à une démo PS VR et je me suis enfoncé dans le monde du soldat des Forces Spéciales Ryan Marks, pour vivre ce qui ne peut être décrit que comme une explosion d’action non-stop dans Blood & Truth.

Le blockbuster de London Studio a beaucoup évolué depuis ses modestes origines. Ces dernières remontent à London Heist, la populaire expérience incluse dans PlayStation VR Worlds et qui a déclenché la production de Blood & Truth. Voyez-vous, là où London Heiste ne vous donnait qu’un petit aperçu de l’action, Blood & Truth vous propulse directement au cœur de cette dernière, amenant vos sens à saturation avec des séquences d’action décoiffantes, une bande-son bourrée d’adrénaline, et un gameplay cinétique qui m’a fait exploser de joie tout du long

Ma séquence de jeu a commencé là où le nouveau trailer montré durant le State of Play de la semaine dernière commence. Assis à une table dans un bâtiment abandonné et délabré, faisant face à un officier du gouvernement qui lui lit une liste longue comme le bras de ses prétendus crimes, Marks est bien décidé à remettre les pendules à l’heure. De là, j’ai été jeté dans une mission appartenant au passé de Marks, dans les Forces Spéciales. Il s’agissait d’infiltrer une base ennemie de sauver un camarade soldat, et de faire sauter l’endroit.

Traverser la base en plein milieu du désert était assez facile, grâce à des indicateurs qui apparaissaient pour me permettre d’avancer ou de me déplacer sur les côtés. Le directeur créatif Anthony Filice m’indique que ce mouvement guidé est intentionnel — Marks est un soldat des Forces Spéciales, il dispose d’emblée d’un sens de l’infiltration stratégique aiguisé, grâce à son entraînement.

L’exploration est toujours encouragée, comme par exemple fouiner derrière des caisses ou ouvrir des tiroirs de bureau à la recherche de munitions ou autres objets secrets à collectionner.

Ce qui rend le jeu aussi délicieusement immersif ce sont les armes, et à quel point elles semblent naturelles. Au début de ma partie j’ai calibré la caméra de sorte que l’étui de mon arme se situe au niveau de mes hanches, me permettant ainsi de simplement descendre le Motion Controller à cet endroit et appuyer sur le bouton T pour dégainer mon arme.

De la même façon, pour recharger, il me suffisait de lever l’autre contrôleur vers ma poitrine, là où se trouvait la ceinture de munitions, d’appuyer sur T, et de bouger ma main pour enfoncer le clip au bas de mon arme. Sérieusement les gars, il n’y a pas de mot pour exprimer la satisfaction ressentie en faisant ce mouvement. Se déplacer dans la base pour abattre des ennemies était excitant, bien sûr, mais recharger mon pistolet d’un geste simple, fluide, et naturel m’a fait sourire jusqu’aux oreilles.

C’est une toute petite mécanique dans un jeu beaucoup plus vaste et impressionnant, mais c’est une mécanique qui m’a vraiment donné l’impression de faire partie de ce monde, d’une façon unique, à laquelle aucun autre jeu PS VR avant lui ne peut prétendre.

TITLE

Le niveau était rythmé à la perfection, passant sans temps mort entre des fusillades mortelles et des séquences de crochetages discret beaucoup plus silencieuses, presque tranquilles. J’ai eu un moment où j’avais finalement localisé mon allié emprisonné. Il se tenait debout juste à côté de moi, et je me suis arrêtée pour admirer juste à quel point toute cette histoire, et lui, était ancrée dans un réalisme parfait.

Nous nous sommes ensuite immédiatement échappés de la base dans une séquence de combat frénétique avec quelques tirs à mouvement concentré — des séquences où le monde se met au ralenti pour vous laisser le temps de massacrer vos ennemis.

J’ai traité ces moments comme des défis, où le but était de tirer avantage du ralenti pour faire les trucs les plus classes possibles, comme attraper une grenade en vol et la jeter sur les ennemis, ou bien passer de mon pistolet à ma mitraillette comme un tireur d’élite entrainé.

La confrontation finale était une séquence de course-poursuite intense où, perchée sur le siège passager d’un camion, je me suis senti me pencher par la fenêtre pour tirer, comme si je pouvais sentir la porte de camion fantôme sous mes hanches. Les camions et les motos ennemis passaient en sifflant, et chaque fois mes yeux brillaient en cherchant la fenêtre de tir sur un réservoir d’essence, ou une opportunité de faire tournoyer leurs motos dans les airs tandis que mon allié m’encourageait depuis le siège conducteur.

Tout cela, et l’impressionnante bande-son digne des meilleurs films, m’a fait me sentir comme la star d’une scène majeure de film d’action. J’ai tellement hâte de retourner dans le monde de Ryan Marks, lorsque Blood & Truth sortira sur PS VR le 29 mai.

0 commentaires
0 réponses de l'auteur

Vous ne pourrez plus ajouter de commentaires à un message 30 jours après sa publication.

Historique des modifications