Mise à jour MUBI du 24 février 2011

0 0

Nous revoilà pour une nouvelle mise à jour de notre bibliothèque grandissante de films indépendants, internationaux et incontournables sur MUBI. D’autres films sont ajoutés chaque semaine dans les différents pays, mais voici certains de mes préférés parmi ceux qui sont arrivés cette semaine :

marins

Films de José Mojica Marins

The Strange Hostel of Naked Pleasures, Hellish Flesh, The Strange World of Coffin Joe, et le documentaire The Strange World of Mojica Marins.

Nous élargissons notre offre en matière de classiques de l’horreur cette semaine avec une sélection de films du maître de l’horreur brésilien José Mojica Marins, le créateur, directeur et acteur légendaire de la célèbre série des Coffin Joe. Notre honorable compagnon d’armes, Christoph Huber, a eu la chance de faire le portrait de Marins pour le merveilleux magazine canadien Cinema Scope à l’occasion de la résurrection de son célèbre croque-mitaine en 2008 dans un nouveau film : The Man, The Myth, Mojica: Zé do Caixão’s incredible comeback. Nous incluons également dans cette série un documentaire, The Strange World of José Mojica Marins, pour vous présenter son univers ; Huber considère ce documentaire comme une « excellente introduction sur le travail et le mythe [de Marins]) ».

Disponibilité : Allemagne, Autriche, Australie, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Irlande, Italie, Luxembourg, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Portugal, Suède, Suisse

Breaking the Waves (Lars von Trier, Danemark)

Après avoir choqué l’industrie du film avec le manifeste du Dogme 95 imposant des restrictions en matière de réalisation, Lars von Trier fait demi-tour en violant les règles qu’il a lui-même établies. (Il a par la suite réalisé un seul film Dogme, Les Idiots, mais est ensuite revenu vers l’esthétique numérique de Breaking the Waves avec Dancer in the Dark). Breaking the Waves a marqué un tournant dans la carrière d’un des réalisateurs internationaux les plus importants de notre époque, en reprenant la stylisation baroque de ses précédents pastiches et en donnant un nouveau souffle à l’émotivité exacerbée, à la limite du sensationnel et de la mièvrerie des mélodrames. Au lieu de faire exploser les émotions dans des cadres domestiques bien rangés et d’utiliser des couleurs vives comme dans les mélodrames américains des années 50, von Trier applique certains principes de sa philosophie Dogme pour nous présenter une approche brutale et touchante de la tourmente d’un couple marié qui s’affronte et tente de retrouver la foi.

Disponibilité : Australie, Espagne, Irlande, Italie, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Portugal, Suisse

Afterschool (Antonio Campos, États-Unis)

Dans l’univers des films indépendants américains interminables sur de jeunes adultes marmonnant, au jeu « naturaliste » ou « réaliste » vivant aux États-Unis de nos jours, le premier film d’Antonio Campos fait office de révolution et nous prouve qu’un nouveau talent est né dans le pays. Afterschool n’est pas à comparer aux comédies romantiques bancales et mièvres, mais plutôt aux thrillers psychologiques déments et violents du provocateur autrichien Michael Haneke. Dans un pensionnat isolé, un jeune étudiant filme accidentellement la mort de deux camarades de classe. Alors que l’école est sous le choc, le jeune étudiant poursuit sa propre route vers la paranoïa et l’obsession.

Disponibilité : Portugal

Soul Kitchen (Fatih Akin, Allemagne)

Le cinéaste récompensé Fatih Akin (Head-On, De l’autre côté) est l’un des réalisateurs les plus connus et réputés de l’Allemagne. Après deux drames, Akin détend un peu l’atmosphère en abordant deux merveilleuses spécialités culturelles : la nourriture et la musique. Soul Kitchen était en compétition au festival du film de Venise et a remporté un prix du jury spécial. Il était également nominé aux festivals de Toronto et de Tribeca, entre autres.

Disponibilité : Norvège

The Blues: Feel Like Going Home (Martin Scorsese, États-Unis)

Martin Scorsese (Shutter Island, Taxi Driver) suit les traces de Wim Wenders, Charles Burnett et Clint Eastwood en réalisant un épisode de The Blues, la célèbre série de documentaires américains sur, comme vous vous en doutez, la musique blues. L’épisode riche et coloré de Scorsese nous raconte les mouvements des traditions musicales de l’Afrique au delta du Mississipi.

Disponibilité : France, Suisse