Publié le

Entretien : Jim Ryan et Michael Denny parlent de la PlayStation 4

PS4

À peine plus d’une semaine s’est écoulée depuis la conférence de présentation de la PlayStation 4 organisée à New York. Le lendemain de l’évènement, Jim Ryan (PDG de Sony Computer Entertainment Europe) et Michael Denny (vice-président senior de Worldwide Studios) ont répondu à l’invitation du PlayStation Blog et ont accepté de discuter de l’actualité ainsi que de répondre à quelques questions

Si nous ne sommes pas en mesure d’apporter de réponses définitives aux questions les plus brûlantes que vous vous posez certainement déjà (prix, date de lancement, design, etc.), nous espérons toutefois que les propos de Jim et Michael vous apporteront des informations utiles.

Jim Ryan Michael Denny
Sony Computer Entertainment Europe President and CEO Jim Ryan (left) and Senior VP of Worldwide Studios Michael Denny (right)

Pourquoi avoir choisi le 20 février 2013 pour annoncer le lancement de la PlayStation 4 ?

Jim Ryan : Nous avons tout d’abord déterminé la période de lancement effectif de la console, qui interviendra à l’occasion des fêtes de fin d’année 2013. Une fois cette décision prise, il ne nous restait plus qu’à choisir une date pour l’annoncer, le principal facteur étant naturellement d’avoir des jeux exceptionnels à présenter au public. Et quand nous avons réalisé la qualité du contenu que nous avions à partager avec les joueurs, la date du 20 février s’est presque imposée d’elle-même.

Il doit être plus que tentant pour les développeurs de mettre en avant les possibilités offertes par une nouvelle machine. Mais quelle importance accordez-vous au développement de gameplays innovants, plutôt que de simplement vous concentrer sur les graphismes et les performances ?

Michael Denny : En tant que studio interne au groupe, une de nos responsabilités consiste à différencier la plate-forme de ses concurrentes. C’est fantastique de suivre ce que deviennent les genres majeurs avec le temps, et de voir par exemple comment une série comme Killzone peut contribuer à faire évoluer le FPS, mais il est également très important pour nous de continuer à innover et à faire émerger de nouveaux genres. Désormais, les possibilités techniques peuvent elles aussi nous y aider, non seulement en éliminant de nombreuses contraintes et limitations, mais aussi en offrant une plus grande liberté de création aux développeurs. En bref, l’un ne se fait plus au détriment de l’autre.

Nous essayons de proposer à nos équipes une approche la moins normative possible ; du coup, il arrive très fréquemment qu’elles souhaitent innover et proposer de nouvelles expériences aux joueurs. Nous étudions ensuite de quelle manière la console peut contribuer à ce souhait.

Lors de la conférence, le public a eu le plaisir de découvrir un nouveau jeu de plates-formes, Knack. Ce dernier s’inscrit clairement dans la tradition de titres désormais classiques comme Crash Bandicoot ou encore Ratchet & Clank. Selon vous, ce type de titres va-t-il de pair avec le lancement d’une nouvelle console ?

Michael Denny : Quand Mark Cerny est aux commandes, vous savez d’office que le résultat va être fantastique. Je crois que Knack illustre bien l’intention que nous avons avec la PlayStation 4. Mark l’a d’ailleurs parfaitement résumé quand il a parlé de « redécouvrir le plaisir de jouer ». Parce qu’il n’y a pas à dire, ces jeux de plates-formes à personnage mascotte ont le chic pour vous donner le sourire… Quand on voit ce que Mark a réussi à faire avec Knack, une créature minuscule composée de tant d’éléments différents, et le système physique qu’il a utilisé pour le créer… Vous pouvez lui faire confiance pour qu’un jeu soit fun et agréable à jouer.

Et puis, je crois qu’il y aura toujours de la place pour de nouveaux personnages intéressants. Par exemple, si vous prenez un jeu comme LittleBigPlanet, il est évident que le système Jeu, Création, Partage représentait une innovation incroyable. Mais il ne faut pas oublier qu’au départ, il y avait un personnage central fantastique, et que c’était par ailleurs un excellent jeu de plates-formes. Il y aura toujours un public pour des jeux faisant intervenir de nouveaux personnages charismatiques ayant quelque chose de différent à offrir.

C’était très positif de voir autant de développeurs européens de talent sur scène…

Jim Ryan : Oui, c’est vrai. Il y avait effectivement de nombreux développeurs européens, mais le Japon était aussi très bien représenté, sans compter les prestigieux développeurs nord-américains. J’ai trouvé que c’était assez bien équilibré, dans l’ensemble.

Selon vous, le secteur du développement de jeux vidéo européen est-il en bonne santé actuellement ?

Jim Ryan : Je pense que oui, en tout cas en ce qui concerne nos studios. Nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sur des piliers aussi robustes que Guerrilla, Media MoleculeEvolution ainsi que David Cage chez Quantic Dream. Pour moi, le développement se porte plus que bien en Europe, et il a d’ailleurs un rôle majeur à jouer. Il y a actuellement énormément d’innovation sur le territoire européen.

La communauté indé aura-t-elle un rôle important à jouer vis-à-vis de la PlayStation 4 ?

Michael Denny : Oui, indéniablement. Proposer des expériences différentes et surprenantes a toujours fait partie de nos objectifs, et nous rejoignons souvent les membres de la communauté indé sur ce terrain.

Toujours dans notre perspective d’apporter au groupe, nous avons ouvert un studio de développement externe qui nous permet de prendre contact avec les nouvelles start-ups et les créatifs de demain. Les gens ont tendance à oublier que quand l’équipe de Media Molecule est venue nous présenter son idée, elle ne comptait que quatre personnes. Et c’est quelque chose qui arrive très fréquemment, pas seulement au Royaume-Uni, mais aussi dans le reste de l’Europe. Nous savons pertinemment que de nouveaux talents émergent chaque jour. C’est la raison pour laquelle nous sommes toujours à la recherche de nouvelles équipes ayant des idées à la hauteur de leurs ambitions.

L’Europe est un continent complexe qui compte de nombreux obstacles linguistiques, juridiques et culturels. Pensez-vous que la PlayStation 4 marquera l’avènement d’une approche plus « globale » en matière de dates de sortie de jeux et de mise en place de services ?

Jim Ryan : Je pense qu’au fil des années, nous avons réalisé d’énormes progrès qui se reflètent dans l’approche coordonnée que nous avons mise en place au niveau de toute l’Europe, ainsi qu’avec nos collègues des États-Unis et du Japon. Je pense sincèrement que chaque année qui passe et chaque titre majeur qui sort nous permet de nous améliorer. Nous localisons nos jeux dans de plus en plus de langues, ce qui constitue un point essentiel si nous voulons conserver l’importante part de marché dont nous disposons en Europe continentale.

Comment le service PlayStation Plus va-t-il évoluer au cours des années à venir, à mesure que la PlayStation 4 trouve sa place au sein de l’écosystème ?

Jim Ryan : Nous sommes très satisfaits du service que nous avons été en mesure de proposer jusqu’ici aux joueurs par le biais de PlayStation Plus. L’accueil du public a été extrêmement positif. Il faut dire que le rapport qualité-prix est assez extraordinaire, comme en témoigne le nombre d’abonnements qui a triplé au cours de l’année dernière. Il constitue clairement un élément essentiel de notre stratégie. Nous ne sommes pas en mesure de dévoiler davantage le futur du PlayStation Plus pour l’instant, mais sachez toutefois que son rôle sera essentiel dans l’écosystème de la PlayStation 4.

Maintenant que la PlayStation 4 est annoncée, quel sera l’avenir de la PlayStation 3 ?

Jim Ryan : Comme bien souvent dans ce type de situation, je pense que seul l’avenir nous le dira. Pour vous donner une idée, la PS2 continue encore aujourd’hui de réaliser des ventes respectables dans des régions comme le Moyen-Orient et ce, plus de sept ans après la sortie de la PS3. Plusieurs raisons font qu’il se peut que la transition soit plus rapide cette fois-ci, mais je vous rassure : la PS3 est un élément très important de notre catalogue, et le restera en 2013, 2014 et sans doute bien au-delà.

Pour preuve, je vous renvoie aux prochains titres qui vont sortir sur PS3 : God of War: Ascension au mois de mars, The Last of Us, qui a l’air tout simplement fantastique, ou encore Beyond plus tard dans le courant de l’année. De nombreux titres doivent d’ailleurs encore être annoncés, ce qui je pense est assez révélateur. L’actualité demeure riche sur PS3 et elle continuera de l’être pendant un bon bout de temps encore.

Quel a été votre moment préféré de la conférence ?

Jim Ryan : Pour moi, ça a été quand Bungie a présenté Destiny, son nouveau projet pour PlayStation. La version PlayStation disposera d’ailleurs de fonctionnalités exclusives, ce qui ajoute encore au côté exceptionnel de la chose. C’est quelque chose qui était relativement rare jusqu’ici sur nos plates-formes et nous sommes vraiment impatients de voir le résultat.

8 commentaires
0 réponses de l'auteur
1

“La version Playstation disposera d’ailleurs de fonctionnalité exclusive”

En espérant que ça soit une vraie valeur ajoutée par rapport aux autres versions.

Julien Bourey 01 mars 2013 @ 18:30
1.1

RDV bientôt pour le savoir 😉

Très déçu par la PS4 qui est plus une nouvelle PS3 slim qu’une nouvelle console. Killzone 4 est une Killzone 3 avec 100 % des capacités de la PS3. Où est la claque des changements entre générations ? L’aspect social ne fait pas tout. La seule bonne chose, c’est que vous aurez le retour des gamers pour peut-être corriger ce qui parait comme un PC de mileu de gamme.

Julien Bourey 04 mars 2013 @ 10:31
2.1

Bonjour mido, tu es déjà déçu alors que personne n’a encore vu la console ? 🙂

3

oui moi trés decu, car le bond technologique n’est pas enorme, mais important c’est vrai, et sony nous ressort sa dualshock au lieu de redesigné la manette est s’insipiré de la concurrence, avec des stick asynchrones, de bonnes vibrations, bon cette fois on a de vraies gachettes c’est deja ca… mais alors le minuscule touch pad je voit pas du tout l’interet , trop petit et peu accesible pour etre vraiment utile, apres pour moi qui a eu au moins 4 ou 5 PS3 differentes , et 3 xbox 360 , qui est acheté environ 300 jeux physique sur cette generation , et qui est depensé Des milliers d’euros au total sur le xbox live et aussi sur le PSN , je m’attendais a ce que sony rende retrocompatible sa ps3 au du tout moins les achat en dematerialisé sur la ps4 , et bah non…

4

c’est bien simple ya que dans le jeu video ou l’on voit cela.. comment voulez vous que les gens aient confiance au dematerialisé si leurs jeux ne sotn pas recuperable en changeant de machine , et qu’arrivera t’il du PSN dans 15 ans en changeant de ps3 quand on voudra retecharger nos achats pour se refaire certains jeux ??? d’ici la tout sera fermé, et ce sera de l’argent foutu en l’air…
heuresement que j’avais acheté tout mes jeux multisupport sur 360 car j’espere que Microsoft ne fera pas la meme erreur, eux au moins toutes les 360 a l’heure actuelle peuvent lire une grande partie des jeux de la premiere xbox … ils n’ont pas laissé tomber les joueurs en otant des fonctions hardware et logiciels chaque année qui passait… car a part avoir essayé de reprendre les innovations de la concurrence comme les trophés, les demos gratuites online, le store, sony n’aura pas inoové en matiere de reseau sur cette gen , et donc je suis assez mecontent.

5

le fait de dire que la ps4 n’a pas la meme architecture que la ps3 pour justifier la non retrocompatibilté est une vaste blague, la ps4 aura un processeur x86 comme n’importe quel PC, et donc tout les jeux multisupport au moins passerai desssu facilement car il existe sur PC qui est une palteforme x86 aussi… donc tout cela c’est pour pouvoir nous faire payer encore et encore…

Personellement j’ai hâte de la voir et même d’y jouer a cette console, ce qui m’ennuie le plus c’est “encore” ces histoires de reseaux sociaux, espérons que cela aura moins d’importance que vous le faite penser sinon sa va nous pourrir nos jeux.

Vous ne pourrez plus ajouter de commentaires à un message 30 jours après sa publication.

Historique des modifications