PlayStation Blog en français

Le choix de la rédaction : Ghost of Tsushima

3 0
Le choix de la rédaction : Ghost of Tsushima

L'incroyable beauté et la terrible violence de l'aventure de Jin ont fait de ce jeu notre préféré de l'année.

Mes frères samouraïs sont tombés au combat. Le seigneur Shimura, mon oncle, sera exécuté d’un moment à l’autre. L’île de Tsushima est ravagée par les flammes et envahie par les Mongoles. J’incarne Jin Sakai, un samouraï solitaire, et ma mission consiste à reprendre l’île et à bouter mes ennemis hors de ma terre. Il n’y a pas de temps à perdre.

Je monte sur mon fidèle destrier avec un lourd soupir, grimace de douleur en voyant les flammes s’élever à l’horizon, et fonce au galop vers ma destinée. À peine quelques secondes plus tard, j’aperçois des Mongols malmener un habitant sur une route peu empruntée, mon regard fixé sur leurs lames ensanglantées. Nos lames s’entrechoquent. Ils sont vaincus. Une vie est sauvée, et je me dirige maintenant vers une forteresse remplie de… une seconde. Serait-ce un renard en train de gambader autour d’un arbre doré ? Il faut absolument que je voie où cela va me mener.

Je passe alors des heures à caresser des renards, cueillir des fleurs et m’émerveiller, bouche bée, devant l’incroyable beauté qui émane de Ghost of Tsushima. Je m’ancre alors dans le moment présent pour pleinement apprécier le monde autour de moi.

Ghost of Tsushima - Photo Mode

Le fait que je puisse mettre la quête de justice de Jin de côté montre à quel point la nature est magnifique dans le jeu. Malgré les moments intenses mentionnés plus haut et des morts vraiment choquantes qui ont alimenté mon insatiable soif de vengeance, j’ai toujours été attiré vers les étendues sauvages de l’île, sans pour autant m’y sentir forcé. Je suis resté émerveillé et curieux bien après la fin grâce à des vues splendides comme des falaises battues par les vagues, des sources chaudes invitant à la méditation et de magnifiques sanctuaires d’Inari, qui m’ont encouragé à atteindre le trophée platine.

On ne tarit pas d’éloges sur l’île, le superbe mode photo du jeu et les feuilles aux couleurs ardentes qui flottent dans les airs, mais on ne le répétera jamais assez : le monde ouvert est incroyablement captivant et c’est un véritable plaisir de l’explorer. Parfois, escalader une immense falaise ne vous récompensera que d’une vue imprenable, mais cette vue (après une petite photo pour l’album) s’est le plus souvent révélée être une compensation bien suffisante.

Pour chaque moment passé à contempler une cascade ou à composer un haïku, il y avait également une confrontation acharnée avec des bandits, des ronin ou des Mongols. Jin étant un épéiste talentueux, vous êtes très vite capable d’affronter plusieurs ennemis en même temps. Au fur et à mesure que Jin apprend de nouvelles postures et intègre la furtivité et des outils à son arsenal, il sera capable de venir à bout de cinq, six… voire dix ennemis en quelques coups. À la fin de l’aventure, je me sentais tout à fait capable de pénétrer dans un campement, traiter ses propriétaires de lâches indignes de mon attention avant de tous les supprimer.

Attaquer de front est une stratégie honorable qui s’accorde parfaitement au passé de samouraï de Jin, mais vous avez toujours la possibilité de vous fondre dans les ombres et d’utiliser les ruses du Fantôme pour éliminer les ennemis un par un. Le combat est à la fois fluide et intense, peu importe que vous choisissiez l’affrontement direct ou que vous préfériez la voie du Fantôme en sautant de toit en toit.

Ghost of Tsushima

L’évolution du personnage de Jin s’inscrit parfaitement dans cette dualité samouraï/Fantôme. Après la défaite de son clan, les stratégies qu’il adopte pour se venger sont très traditionnelles et risquent de le mener à sa perte. Yuna, une voleuse qui lui vient en aide au début de l’histoire, le persuade cependant d’abandonner l’assaut frontal. Ils tissent des liens au travers de leur désir commun de justice et des pertes qu’ils subissent tous les deux à cause de leur plan de bataille hybride. Plus tard, Jin reprend contact avec des personnes importantes de son passé et rencontre de nouveaux alliés qui contribuent à son évolution. Les personnages secondaires et les quêtes qui les accompagnent valent franchement le détour et rendent le monde d’autant plus riche et émouvant. Au début, je me disais « ça fait beaucoup de quêtes secondaires », mais très vite je me suis plutôt dit « zut, leur histoire est déjà finie… » Combinez un casting fabuleux, des combats intenses, une carte qui invite à l’exploration et une bande-son magistrale, et vous obtenez une aventure incroyable dans un jeu qui restera, sans l’ombre d’un doute, mon préféré cette année.

Les commentaires sont désactivés.

3 Commentaires

  • Certes le jeu est génial, les combats j’adore, et ça change un peu cet univers de samouraï. Par contre je trouve the last of us 2 bien meilleurs, les détails, visuellement tout est bien meilleur. Alors certe le jeu est un open World mais il est en downgrad par rapport a la 1ere fois où on l’a découvert ce qui n’a pas été le cas de last of us.

    • Ils sont quasiment le double à bosser chez ND par rapport a SP… incomparable.

  • Je trouve que Ghost or Tsushima et un des meilleurs jeux.car avec c’est graphisme sont époustouflant c’est pour cela qu’il mérite le jeu de la fin de l’année.